Tout part d’une prise de becs entre Hamon et Macron. Le premier demande des « engagements clairs » sur le financement de la campagnedes candidats.

>> A lire aussi : EN DIRECT. Présidentielle : Benoît Hamon estime que Marine Le Pen est « droguée aux pages faits divers »

L’attaque est tellement claire qu’Emmanuel Macron demande immédiatement à répondre : « Je pense que c’est pour moi donc je me permets d’intervenir ».

« Il faut bien qu’il y ait un débat au PS »

S’ensuit un débat assez vif entre les deux anciens du gouvernement Valls. Alors que les journalistes tentent d’interrompre l’échange, Jean-Luc Mélenchon ironise d’une petite blague : « Il faut bien qu’il y ait un débat au PS », déclenchant les rires de tous sur le plateau. Tous ? Non, Macron reste sérieux.

« Je vais vous rassurer M. Mélenchon. Si j’y étais (au PS), j’aurais été à la primaire, si j’y étais, je ne serais pas là aujourd’hui et si j’y étais, je n’aurais pas mené les combats que j’ai menés », assure l’ancien ministre de l’Economie.