Mobilisation supplémentaire pour sécuriser les élections à Lille, après l’attaque terroriste de jeudi soir, sur les Champs-Élysées à Paris.

>> A lire aussi : Où en est l'enquête à propos de l'attentat sur les Champs-Elysées

Le cabinet du préfet du Nord a fait savoir, vendredi matin, que le dispositif de sécurité prévu à l’occasion des opérations de vote pour l’élection présidentielle, dimanche, serait « robuste », sans plus de détails.

La ville de Lille, qui a participé à une réunion de coordination sur le sujet dans la matinée, annonce quant à elle un renforcement des effectifs de la police municipale, avec une douzaine d’agents déployés à Lille et Hellemmes.

Les chiens aussi seront mis à contribution

Quatre « binômes » (deux agents) lillois opéreront « spécifiquement des patrouilles motorisées aléatoires aux abords des bureaux de vote ». L’unité cynophile de la police municipale sera également déployée : créée en 2016, cette unité a pour mission, habituellement, d’impressionner les éventuels fauteurs de troubles. Enfin, la ville se tient prêt à rappeler des effectifs municipaux « en cas de nécessité ».

D’autres mesures sont laissées à l’appréciation des présidents de bureaux de vote, qui peuvent notamment décider de placer les files d’attente à l’extérieur du bureau, ou de faire contrôler les sacs et cabas du dimanche.

Tourcoing sur le même pied

Contacté par 20 Minutes, le maire de Tourcoing Gérald Darmanin (LR) indique qu’il prévoit également une présence « très forte » de la police municipale, aux côtés de la police nationale. Le maire de Roubaix, lui, n’a pas répondu.

Dans un communiqué, la ville de Lille appelle « chacune et chacun au civisme, à la sérénité et à la pleine coopération avec les services et autorités en charge de garantir que ce moment majeur de la vie démocratique se déroule dans les meilleures conditions ».