On se demande vraiment combien de fois l’ASSE de Christophe Galtier a su remporter depuis sept ans un match aussi insipide que celui disputé à Dijon ce dimanche (0-1). A défaut de briller dans le jeu, elle a obtenu le 1.000e succès de son histoire dans l’élite… pour assurer son maintien en Ligue 1.

Proche du néant collectif. Bien qu’aux portes de la zone rouge (17e), le milieu dijonnais Pierre Lees-Melou avait décrit l’ASSE (7e) comme « une équipe prenable ». Difficile de lui donner tort tant les Verts n’ont rien dégagé collectivement en Bourgogne. Inoffensifs dans un match sans le moindre rythme (4 tirs cadrés au total), ils ont même été sauvés par le montant de Stéphane Ruffier sur une tête de Julio Tavares (25e). La sortie de l’indispensable capitaine Loïc Perrin, touché au genou droit, n’a rien arrangé aux affaires stéphanoises (58e).

Ronaël Pierre-Gabriel audacieux. Comme parfois cette saison (Nordin, Keyta), la bonne surprise est venue d’un jeune joueur sans nom floqué sur son maillot. Le prometteur latéral droit stéphanois Ronaël Pierre-Gabriel (18 ans) a en effet été l’un des seuls Stéphanois à apporter un semblant de danger, surtout en première période. Pour sa 8e titularisation de la saison, il s’est notamment offert une percée dans l’axe conclue par une puissante frappe boxée par Baptiste Reynet (43e).

Jordan Veretout permet de rêver d’Europe. Au moment où le 0-0 semblait quasi-inévitable, Jordan Veretout a surgi sur l’aile gauche pour inscrire un but crucial d’un subtil pointu du gauche (0-1, 77e). Avec 44 points, l’ASSE assure désormais un maintien cher à Christophe Galtier et recolle à deux longueurs de l’OM et de Bordeaux, avec une meilleure différence de buts.

A huit journées de la fin, la course à l’Europe via la 5e place en L1 est donc toujours en ligne de mire pour les Verts. Pour une équipe n’ayant signé qu’un seul succès et quatre buts inscrits lors de ses sept derniers matchs officiels depuis un mois, ne pas vivre une fin de saison en roue libre est presque inespéré.