L’administration canadienne doit privilégier « un milieu de travail de choix pour les candidats les plus prometteurs et brillants » indépendamment de leur origine ou nationalité. C’est ce qu’a estimé le gouvernement du pays, qui a lancé ce jeudi un projet pilote pour recruter des employés de la fonction publique à partir d’un CV anonyme.

Le concept ? Le document gommera les indications pouvant fournir aux recruteurs des indices sur le pays, le continent d’origine ou encore le sexe du candidat. « Le nom d’une personne ne devrait jamais constituer un obstacle à l’emploi », a ainsi déclaré Scott Brison, président du Conseil du Trésor, organisme gérant l’administration publique canadienne.

Déjà appliqué dans la fonction publique britannique

Dans le cadre de ce projet « test », qui sera mené par les ministères de la Défense, des Affaires étrangères ou encore de l’Environnement, une commission spéciale sera chargée de « vérifier la viabilité et l’efficacité » du dispositif, selon un communiqué du gouvernement.

Le Canada suit notamment la voie du Royaume-Uni, où la pratique du CV anonyme est appliquée dans la fonction publique britannique avec l’objectif de « réduire les préjugés inconscients dans le processus d’embauche », selon le Conseil du Trésor.