C’est avec Vissi d’arte, extrait de Tosca du compositeur italien  Giacomo Puccini, que Guylaine a séduit Florent Pagny et Mika samedi à « The Voice ».

>> A lire aussi : VIDEOS. Atypique, la Toulousaine DeLaurentis séduit le jury de « The Voice »

Interpréter un air d’opéra pour tenter de décrocher son ticket vers les battles, le pari était quelque peu risqué pour cette Montpelliéraine de 40 ans… Mais il est réussi. « Je voulais apporter quelque chose de différent, note la candidate, qui est standardiste à la clinique Clémentville. L’opéra m’a permis de montrer tout ce que j’ai dans la voix, la puissance, l’émotion… C’était peut-être un risque, oui. Mais il faut bien en prendre, dans la vie. »

Une autodidacte

Si Guylaine a d’autant plus surpris les coachs samedi soir sur le plateau du télécrochet, c’est qu’elle n’a quasiment jamais pris de cours. Une « autodidacte ». « Je chante depuis toute petite, confie la Montpelliéraine, qui a choisi Mika. J’ai écouté du gospel, du lyrique, je me suis beaucoup imprégnée de ces univers… Quand mes enfants sont nés, la vie m’a un peu éloignée de tout cela, même si c’était toujours présent en moi. »

Aujourd’hui, les enfants de Guylaine sont grands et leur maman s’est lancée à la reconquête de « cette passion », qui la « prend aux tripes ». Elle rejoint Kaps dans cette sixième saison de l’émission, l’autre Montpelliéraine de la compétition, qui elle, a choisi Florent Pagny. Hasard qui lui portera peut-être chance : comme Yoann Fréget, gagnant de la deuxième saison, Guylaine fut également membre du groupe de gospel du musicien Emmanuel Pi Djob, arrivé jusqu’en demi-finale de la deuxième saison.