• Le conflit porte notamment sur la tenue de négociations sur la réorganisation du temps de travail des éboueurs
  • Les éboueurs ont également bloqué la circulation sur le pont de Cheviré

Mais où va s’arrêter le conflit entre la mairie de Nantes et ses éboueurs ? Ce jeudi, la tension est encore montée d’un cran avec le déversement de poubelles devant l’hôtel de ville.

Des déchets ont même été jetés dans la cour. Les éboueurs nantais ont fini par quitter les lieux vers midi, leur demande de rencontre avec la maire (PS) de Nantes et présidente de Nantes Métropole, Johanna Rolland, ayant été conditionnée à la levée des blocages des trois sites de collecte de la ville, dont les accès sont barrés depuis vendredi, et des deux usines d’incinération de déchets.

>> A lire aussi : Pourquoi le conflit entre les éboueurs et la ville de Nantes pourrait encore durer

Sur le pont de Cheviré ce jeudi matin

« Cette proposition n’est pas acceptable, on retourne à nos piquets de grève », a expliqué Rachid Mimouni, délégué Force ouvrière (FO). Ce jeudi matin, ils ont aussi bloqué le pont de Cheviré ce qui a entraîné des perturbations.

En conflit avec la municipalité depuis le 13 mars, les syndicats CGT et FO exigent la tenue de négociations sur la réorganisation du temps de travail des éboueurs et le report d’un comité technique, prévu le 5 mai, qui doit valider la future organisation.

>> A lire aussi : Les éboueurs prêts à continuer le blocage des sites de collecte des déchets

Devant le tribunal ce vendredi 

Mardi, Elisabeth Lefranc avait proposé la tenue d’une table ronde, à condition que la ville, où les déchets commencent à s’amonceler depuis une semaine, redevienne propre vendredi soir, un « chantage » pour les organisations syndicales.

Nantes Métropole a par ailleurs assigné la CGT et FO en référé (procédure d’urgence) devant le tribunal administratif de Nantes pour obtenir la levée des blocages de l’ensemble des sites de collecte et de tri des déchets. Les syndicats ont appelé à un rassemblement avant l’audience, prévue vendredi matin.

>> A lire aussi : Blocages, bennes déversées… Les éboueurs nantais excédés vont montrer les muscles