• La part des énergies renouvelables dans la production régionale est passée de 0 à 34% en dix ans, selon le bilan de RTE présenté ce jeudi.
  • Cette électricité verte repose majoritairement sur l'éolien.

Elle était nulle en 2006. Dix ans plus tard, la production d’énergies renouvelables représente, en Pays de la Loire, plus d’un tiers du total, a annoncé jeudi le réseau de transport d’électricité (RTE), filiale d’EDF. Voici trois chiffres qui montrent, notamment, le poids grandissant de l’éolien.

21 %. Si la production électrique repose encore principalement sur la centrale de Cordemais, et son énergie fossile, l’éolien en est la seconde source (21 %). « Une évolution très significative, détaille Carole Pitou-Agudo, déléguée régionale de RTE dans l’Ouest. Le parc s’est encore étoffé cette année mais l’on a eu des conditions de vent moins favorables. » Il faut dire que le rendement d’une éolienne n’est que de 21 %. En Pays de la Loire, le solaire représente 7 % de la production d’électricité.

980 MW. C’est l’énergie qui sera produite par les deux futurs parcs éoliens en mer, au large de Saint-Nazaire et de Noirmoutier. D’ici 2022, avec leur mise en service, le poids de l’éolien devrait donc doubler ! Un recours juridique doit être bientôt examiné mais « les travaux démarreront début 2018 », espère-t-on chez RTE.

>> A lire aussi : La Bretagne et les Pays de la Loire vont tester les réseaux intelligents

30 millions d’euros. RTE va consacrer une belle enveloppe pour le test, en Pays de la Loire et Bretagne, des réseaux électriques intelligents, qui favoriseront l’essor des énergies renouvelables. « Des capteurs collecteront des données en temps réel, et notamment celles liées à la météo, détaille Carole Pitou-Agudo. Nous devons anticiper les coups de vents, mais aussi les pannes. »

On consomme plus que l’on ne produit

Si la consommation d’électricité est restée stable dans la région en 2016, les Pays de la Loire restent une zone « dépendante ». La production ne couvre que 22% de la consommation. Le reste est assuré par les régions voisines, et notamment par les centrales nuléaires de Chinon (Indre-et-Loire) ou Flamanville (Normandie).