Gaëlle Simon s’est installée au fond du salon de thé. Sur la table, une tasse fumante. Au mur, elle a accroché sa « très petite histoire d’amour ». Comme dans sept autres cafés de la capitale azuréenne, cette Niçoise de 23 ans expose de minuscules clichés. Avec un thème : l’amour.

Photographe du Théâtre national de Nice, Gaëlle Simon ne passe pas une journée sans son appareil autour du cou ou son smartphone à la main pour immortaliser les « moments de vie ». « Mes photos racontent des instants d’amour au sens large, pas celui du prince sur son cheval blanc, explique-t-elle. C’est l’amour du couple mais aussi de la famille, des amis ou celui d’aller acheter un croissant le matin. »

Bientôt jusqu’au Québec

Fixées au-dessus des tables et dans la file d’attente, ses œuvres demandent de l’attention : « Il faut dérouler une ficelle pour y avoir accès », prévient-elle. Ses petits formats emmènent alors les clients de bar dans un champ, un marché provençal ou sur les draps blancs d’un lit.

Gaëlle Simon aimerait que son projet s’exporte dans d’autres villes. « On m’a contactée pour Paris et le Québec », annonce celle qui dispose déjà d’une réserve de clichés pour raconter de nouvelles histoires d’amour.

très petite histoire d'amour n°7 #trespetiteshistoiresdamour ❤ #vsco #bonjour #cettesemainesurinstagram #decouvrirensemble #agameoftones #feelfreefeed #inspiremyinstagram #moodygrams #theweekoninstagram #theauthenticfeeling #seekthesimplicity #alwaysgo #freshairclub #faded_world #takeoverinspiration #fisheyelemag #travelingram #simplebeyondblog #recklessimage #honor7photo

A post shared by GAËLLE SIMON (@gaellesimon) on