S’ils traînent depuis des lustres dans un vieux carton à la cave, c’est le moment de les ressortir. Les vinyles vintages, ceux sur lesquels vos aïeux organisaient leurs surprises-parties, et les autres skeuds plus récents, grésilleront tout le week-end au rythme des Mikrosillons, première édition.

Ce mini-festival, lancé par « une bande de potes », débarque cdans trois quartiers de Nice dès ce vendredi soir et jusqu’à dimanche. A Libération, Lépante et dans le « Vieux ».

>> A lire aussi : Trois astuces pour rééduquer vos oreilles après 30 ans de MP3

Avec des apéros en musique, des séances « platines ouvertes », une bourse aux vinyles et même un atelier découverte pour les enfants. En mode « y avait ça, avant le streaming ».

Dans des bars et au marché

« L’idée, c’est le partage. Que les générations se mélangent autour de la musique. De toutes sortes de musiques », explique Alex Larose, l’un des dix cofondateurs.

Des bars, des cavistes et même le marché de la Libé vont jouer les mange-disques tout le week-end. Les magasins de musique de la rue Lépante seront aussi bien sûr de la partie, dans le cadre du Disquaire day, samedi, le rendez-vous international dédié aux disques vinyles.

« Les gens cherchent le retour à l’objet »

« S’ils font un retour en force depuis quelques années, c’est parce que les gens cherchent le retour à l’objet », avance Stéphane Camus, un autre membre de l’association La galette, créée pour monter le festival.

>> A lire aussi : Les jeunes, un max accrocs au microsillon

Effet de mode ? « Ou pas, répondent les organisateurs. Nous, ça fait très longtemps qu’on écoute des vinyles et on continuera parce qu’on est passionnés. Et on veut le faire découvrir aux novices. »