En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Illustration de billets de banque. — C. Villemain / 20 Minutes

INSOLITE

Oise: Elle rapporte à la police la «pluie de billets» tombée sous ses fenêtres

Une habitante de Compiègne a rapporté à la police plusieurs dizaines de billets de banque retrouvées sous ses fenêtres…

Il y a des matins plus chanceux que d’autres. Et des citoyens plus honnêtes que d’autres. Le Parisien a rapporté la petite aventure vécue mardi par Martine, une habitante du centre-ville de Compiègne. Ce matin-là, en ouvrant ses volets, la (jeune) retraitée a découvert sous ses fenêtres un petit tapis de billets de banque.

Il y avait là des dizaines de coupures, certaines regroupées dans une enveloppe, comme jetées dans les buissons. Après les avoir dûment rassemblées, la Compiégnoise raconte avoir appelé le commissariat pour lui déclarer qu’il avait « plu des billets ».

Compiègne recherchera le propriétaire, avant de rendre la somme à Martine

C’est la procédure légale. C’est aussi une question d’honnêteté pour Martine : « J’ai pensé que ça pouvait appartenir à quelqu’un », rapporte la retraitée à nos confrères du Parisien. A la police, on avoue qu’une telle restitution est plutôt rare, voire inédite pour un montant aussi élevé.

Le parquet a été saisi de l’enquête. En plus de la fierté d’avoir fait son devoir, Martine, elle, peut espérer un peu plus. D'après les dispositions législatives relatives à la « prescription civile », si l’origine frauduleuse de la somme n’est pas prouvée (si elle ne provient pas d’un vol, d'un trafic, etc.), elle récupérera les billets définitivement d’ici trois ans.

Avant cela, la ville de Compiègne devra rechercher son propriétaire, et pourra déjà, d'ici un an, faire un geste en confiant la somme, de façon provisoire, à sa citoyenne scrupuleuse.

À la une