Stéphane Carnot, Daniel Moreira, Christopher Wreh et Coco Michel après la victoire de Guingamp en demi-finales de la Coupe de France 1997. — V. Hache / AFP

FOOTBALL

EAG-Monaco: Il y a tout juste 20 ans, Guingamp était dans le vrai avec Christopher Wreh

Comme avec Jimmy Briand actuellement...

« Je pense qu’il était un peu revanchard, même si c’est un grand mot. Il avait envie de montrer qu’ils auraient dû lui faire confiance. » 24 août 1996, stade de Roudourou. Stéphane Carnot et les Guingampais s’apprêtent à défier l’AS Monaco et ses futurs champions du monde (Barthez, Petit, Henry).

Dans le camp de l’EAG, on note la première titularisation de l’attaquant Christopher Wreh, prêté par… Monaco. Le Libérien claque un doublé et offre une victoire de prestige aux Costarmoricains (2-1). Le début de la belle histoire bretonne pour le (supposé) cousin de George Weah.

Buteur face à l'Inter

Avant de rejoindre les rangs d’Arsenal et réaliser le triplé championnat-Cup-Charity Shield, Wreh aura en effet accompli une saison pleine avec Guingamp, terminant meilleur buteur de l’équipe avec 14 réalisations en 42 matchs, toutes épreuves confondues. Dont un forcément mémorable en Coupe UEFA, sur la pelouse de l’Inter Milan. « Il me semble qu’on était tous les deux devant, on fait 1-1 et c’est lui qui marque », se souvient le jeunot d’alors, Daniel Moreira (19 ans), passeur décisif sur l’action.

« Un prêt chez nous était sûrement ce dont il avait besoin à l’époque, reprend Stéphane Carnot. On ne se rend pas toujours compte de ça, mais il vaut mieux parfois aller dans un club moins huppé et accumuler du temps de jeu, plutôt qu’être à mi-chemin entre la réserve et les pros. Surtout qu’on évoluait au même niveau de compétition que Monaco. Pour lui, c’était tout bénef'. » Retrouvé en mars 2015 par France Football, l’intéressé ne dit pas le contraire. « Quand j’y repense, Guingamp, c’était top. Là-bas, je me suis éclaté pendant un an », assure ainsi Christopher Wreh.

Deux types sympathiques

Il est probable que Jimmy Briand fasse le même constat (sur une durée plus longue) quand son aventure personnelle avec les « Paysans » prendra fin. Pas forcément attendu dans les Côtes-d’Armor, l’ancien Rennais, auquel on peut accoler les qualificatifs employés par les interlocuteurs de 20 Minutes pour décrire instinctivement Wreh (« bon coéquipier », « toujours la banane », « bon mec »), est devenu un rouage essentiel de l’EAG. Comme son aîné il y a 20 ans, mais dans un registre relativement différent.

Renversant, non ? - V. Hache / AFP

« Jimmy fait beaucoup de courses et garde pas mal le ballon, pose Moreira, aujourd’hui co-entraîneur de la CFA à Lens. Son sens du but est intéressant, mais ce n’est pas le vrai buteur car il adore faire des passes décisives. Christopher, je le compare davantage à John Utaka. Les mecs dribblaient facilement des défenses, et faisaient la différence sur deux-trois mètres. »

Briand, l'homme à tout faire

Responsable, lui, de la cellule recrutement de l’En Avant (donc impliqué dans la venue de Briand à l’été 2015), Carnot confirme. « Le profil de Christopher ? Un joueur puissant et rapide, qui se déplaçait plutôt bien. Celui de Jimmy ? Il cavale beaucoup plus et est plus complet. Il travaille aussi bien offensivement que défensivement, il est passeur, il est buteur… Je ne le considère pas tout à fait comme un avant-centre pur, contrairement à Christopher. L’objectif premier de ce dernier était de marquer des buts, tandis que Jimmy peut être un n°9, un n°10 ou sur un côté. »

>> A lire aussi : Ligue 1: Non, Jimmy Briand n'aura pas raté sa carrière, mais...

Wreh et Briand auront toutefois un point commun supplémentaire, en figurant tous les deux dans la catégorie « bonne pioche » propre à Guingamp. « Il y avait plus de certitudes avec Jimmy, nuance Carnot. On sait où on va avec un gars comme ça. » Un guide dont l’absence s’est cruellement fait sentir le week-end passé, mais qui, heureusement pour la formation d’Antoine Kombouaré, sera de retour (de suspension) samedi (17 h)… contre Monaco.

À la une