En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Stéphane Bern arrive à L'Elysée, le 4 octobre 2017. — VILLARD/SIPA

RAS-LE-BOL

Pour Stéphane Bern, au ministère de la culture, on se demande «comment l'emmerder»

Stéphane Bern s'énerve contre les fonctionnaires qui l'empêchent de bien faire sa mission de protection du patrimoine...

Il y en a un qui en a gros sur la patate ! Invité sur RTL pour l’émission On refait la télé, Stéphane Bern a profité d’une question sur la mission de sauvegarde du patrimoine que lui a confiée Emmanuel Macron pour évoquer les difficultés qu’il rencontre, non sans amertume.

Stéphane Bern estime qu’il "dérange"

« Je me donne complètement et je fais ça bénévolement, rappelle le Monsieur Patrimoine du président. Mais il faut savoir qu’il y a des gens qui sont payés pour faire ce travail, dans les administrations ou au ministère de la Culture. Et quand ils prennent toute leur énergie pour vous mettre des bâtons dans les roues, plutôt que de faire leur travail, vous vous dites : "Mais attendez, moi je viens en plus pour vous apporter de l’aide, et vous, vous passez votre temps, au lieu de faire votre travail à sauver les monuments, à vous dire : Comment je vais pouvoir l’emmerder ?" »

Pas avare de détails, Stéphane Bern ajoute que ceux qui « devraient l’aider ne le font pas » parce qu’il « dérange ». « C’est un aveu d’échec. Il y a des gens qui dirigent le patrimoine depuis quelques années, et si le patrimoine est dans un si mauvais état, c’est que, visiblement ils n’ont pas forcément bien réussi. » Il a conclu avec des confidences : « J’ai vu de l’intérieur comment un ministre a les pieds et poings liés par son administration quand il n’a pas le courage de virer toutes les têtes qui dépassent… » Pas sûr que ces révélations arrangent ses relations avec les personnes concernées par ses reproches…

 

>> A lire aussi : Un tirage du loto spécial, la nouvelle idée de Stéphane Bern pour préserver le patrimoine

 

À la une