En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Patrick habite dans le quartier de la Poterie, à Rennes, depuis huit ans. Depuis un mois, il ne supporte plus son appartement où a été installé un compteur communiquant Linky. — C. Allain / 20 Minutes

SANTE

Rennes: Vertiges, maux de tête, insomnies… Un couple vit un enfer depuis que son compteur Linky est connecté

Patrick et Claude ont dû quitter leur appartement pour aller dormir à la campagne...

  • Un couple souffre de plusieurs maux depuis l'installation d'un compteur Linky.
  • Habitant à Rennes, Patrick et Claude ont dû quitter leur appartement.
  • Ils dorment à la campagne pour échapper aux ondes.

Mercredi soir, Patrick et Claude ont dormi dans leur voiture. Garé à quelques centaines de mètres de leur appartement, le Kangoo est devenu leur base de repli. Car depuis un mois, ce couple résidant à Rennes vit un véritable enfer. « On a d’abord eu l’impression d’avoir des sifflements dans la tête, comme des acouphènes. Au départ, on ne s’est pas vraiment inquiétés. Mais ça s’est aggravé. On a commencé à avoir des maux de tête, des vertiges, des insomnies », témoigne Patrick.

>> A lire aussi : Pour cause de maux de tête, un père de famille décide de disjoncter son compteur Linky

Agé de 53 ans, le Rennais a mis plus de quinze jours à faire le rapprochement avec la mise en service de son compteur Linky. Installé par Enedis en juillet, l’appareil est devenu « communiquant » il y a quelques semaines. « Je ne suis pas un militant anti Linky. J’avais entendu quelques histoires autour de ce compteur, mais je n’y étais pas farouchement opposé », promet Patrick.

 

Depuis, les symptômes ont empiré chez lui comme chez sa compagne. Tous les deux ne supportent plus les ondes. Lui vit un enfer dans la médiathèque hyperconnectée dans laquelle il travaille. « C’est de pire en pire. J’ai dû me faire arrêter ». Elle ne dort plus et a la sensation que la gêne s’accentue au fil des jours. Incapable de dormir dans son appartement, le couple a décidé de quitter Rennes pour se mettre à l’abri en rase campagne. « Les symptômes ont disparu progressivement. On avait l’impression de revivre. Mais dès que l’on revient ici, on voit que ça réapparaît. »

« On prend au sérieux toutes les demandes »

Alerté il y a quelques jours, Enedis a promis qu’un médiateur prendrait rapidement contact avec le couple. « On prend au sérieux toutes les demandes. On ne veut rien minimiser », promet le fournisseur d’électricité, souvent critiqué par les personnes souffrant d’hyper électrosensibilité. « Les compteurs Linky n’utilisent pas la communication radio et ne sont pas équipés d’antenne. Ils n’utilisent pas la technologie wifi », assure la direction d’Enedis Bretagne. 

Les appareils utilisent la technologie des courants porteurs en ligne (CPL) qui connecte des objets en passant par les fils électriques. « Ils produisent simplement un champ électromagnétique, comme tout appareil électrique et comme les anciens compteurs », se défend le fournisseur. Aujourd'hui, rien ne prouve que le compteur est à l'origine des maux de Patrick et Claude. Les scientifiques sont d'ailleurs très divisés sur la question de l'hyper électrosensibilité.

Voir le contenu

En arrêt de travail, Patrick en a parlé à son médecin généraliste. « Elle était sans réponse. » Démuni, le Rennais n’avait jamais connu de pépin de santé jusqu’ici. « Tout ce que l’on demande, c’est de retrouver une vie normale. »

À la une