Nazira et Thomas avec le maillot de leur équipe respective. — Thomas/Nazira

LOVE STORY

Coupe du monde 2018: Thomas et Nazira, la folle histoire d’amour d’un couple franco-russe depuis les JO de Sotchi

Tombés amoureux lors des JO de Sotchi, ils repartent vivre la Coupe du monde en Russie…

  • Thomas et Nazira ont fait connaissance lors des Jeux olympiques de Sotchi.
  • Depuis, ils se sont mariés et vivent à Bordeaux en France.
  • Ils s’apprêtent à repartir pour la Russie pour vivre la Coupe du monde de football.

C’est une histoire comme seul le sport peut en créer. L’histoire d’une simple rencontre en plein JO de Sotchi devenu aujourd’hui une belle histoire d’amour entre un jeune français et une jeune russe. C’est celle de Thomas et Nazira.

Pour eux, tout débute en 2014. Cette année-là, Thomas, à peine 18 ans, poursuit sa licence d’histoire à l’université de Bordeaux. Mais, ce passionné de sport a une idée en tête depuis quelques mois : « J’avais fait du russe au lycée du coup, je m’étais inscrit pour être bénévole à Sotchi. Mais, ce n’était pas évident avec les études. Finalement, j’ai dit oui au deuxième mail de relance. » Un signe peut-être.

Nazira (au centre) et Thomas (à droite) lors de l'une de leurs premières rencontres à Sotchi. - Thomas/Nazira

Nazira, elle, finit dans le même ses études de Sciences politiques à Moscou, une ville qu’elle a rejoint avec ses parents à l’âge de 2 ans. Née au Tadjikistan deux mois avant la fin de l’URSS, cette brune veut « à tout prix vivre ces JO à la maison mais la sélection est beaucoup plus compliquée que pour Thomas. » Au final, elle est retenue pour être interprète sur le site de ski alpin. Lui s’occupe de la zone photographe et de la maintenance au même endroit. Un signe sûrement.

Ils alternent entre le français et le russe un jour sur deux

« On ne se croisait pas forcément et puis, un jour j’ai dû remplacer une collègue malade et j’ai mangé pour la première fois avec Thomas. J’ai eu un coup de cœur », se rappelle la jeune russe dans un parfait français. Malgré la fin des Jeux olympiques, ils continuent à s’écrire par mail, « cinq ou six par jour » dixit le futur mari, avant de se rendre mutuellement visite en 2014 et 2015. Mais, ça devient vite compliqué au niveau des démarches administratives entre la France et la Russie, il faut donc prendre une décision pour Nazira :

Venir habiter en France a été la décision la plus difficile de ma vie. En plus, je ne parlais pas français. Ce n’était vraiment pas évident pour moi. »

Ils finissent par se marier et instaurent une règle un peu particulière à la maison : alternance du français et du russe un jour sur deux. « Bon, le français l’a emporté maintenant mais on utilise toujours des expressions russes », explique celui qui est devenu journaliste. Nazira travaille pour sa part en tant que réceptionniste dans un hôtel en attendant d’obtenir la nationalité française pour enseigner le russe et le chinois.

Tous les deux à fond derrière les Bleus

Le sport, lui fait toujours partie intégrante de leur vie. En 2016, ils ont assisté aux trois rencontres de la Russie pendant l’Euro en France. Aujourd’hui, c’est l’heure de partir pour la Coupe du monde pour assister notamment à France-Danemark. Un voyage forcément pas comme les autres pour Thomas :

C’est très important pour nous. Ça représente quelque chose de fort. C’est symbolique. Moi, j’adore ce pays. »

Thomas et Nazira lors du match de la Russie contre l'Angleterre à Marseille lors de l'Euro 2016 en France. - Thomas/Nazira

Et il n’y aura pas de chichi entre eux. Nazira l’affirme, elle va supporter la France : « Je connais plus les joueurs français que russes. En plus, aujourd’hui, je préfère ma vie en France. Elle est plus juste. Ici, les gens sont gentils et souriants. » Le sourire, Thomas et Nazira risquent de l’avoir tout au long de leur voyage. Et on les comprend !

>> A lire aussi : Coupe du monde 2018: A chaque enfant son livre de foot pour entrer dans la légende

>> A lire aussi : Coupe du monde 2018: Téléchargez le calendrier complet à imprimer de la compétition

>> A lire aussi : Des lives, une quotidienne vidéo et deux envoyés spéciaux… Comment 20 Minutes va vous faire vivre la Coupe du monde

À la une