En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Illustration d'une voiture de gendarmerie, ici à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

JUSTICE

Landes: Un adolescent victime du «Blue Whale Challenge» porte plainte

Un adolescent Landais a porté plainte après s'être blessé en participant à un challenge en vogue sur les réseaux sociaux et qui consiste à relever des défis dangereux...

Le « Blue Whale Challenge » (défi de la baleine bleue), jeu dangereux en vogue sur les réseaux sociaux, a fait une victime en Nouvelle-Aquitaine, un jeune Landais qui a finalement porté plainte après s’être blessé.

« Il s’agit d’un adolescent qui se serait infligé des blessures en participant à ce jeu » assimilé à une forme de cyber-harcèlement, a précisé la gendarmerie.

Selon une information de Sud Ouest, non confirmée par la gendarmerie, le jeune homme se serait « scarifié l’avant-bras » et aurait porté plainte sur les conseils d’un enseignant alerté par ses blessures.

Des défis morbides

Ce dépôt de plainte, pour l’instant isolé dans la région, a incité la gendarmerie des Landes à lancer un appel à la vigilance sur sa page Facebook.

« Les participants doivent réaliser des actions souvent idiotes, dangereuses et parfois même morbides (telles des scarifications), dont certaines sont susceptibles de porter atteinte à la dignité ou à l’intégrité physique des personnes », met en garde la gendarmerie des Landes, saisie de l’enquête.

A la suite de plusieurs cas mortels à l’étranger, la police nationale avait lancé une mise en garde en mars 2017 sur les réseaux sociaux contre les risques de ce jeu mortifère.

Le « défi de la baleine bleue » vient de Russie, et cible les 12-15 ans sur les réseaux sociaux. Enrôlés par un « tuteur » dénommé la « baleine », les participants entrent dans une spirale de 50 défis de risque croissant (privation de sommeil, écoute de musiques violentes, scarifications) à réaliser en 50 jours jusqu’à l’étape ultime : le suicide.

>> A lire aussi : Hérault: Un collégien de 12 ans retrouvé pendu chez lui

>> A lire aussi : Cybersécurité: Comment les forces de l'ordre luttent contre les défis idiots sur les réseaux sociaux

 

À la une