Richard Ferrand, chef de file des députés LREM, le 22 février 2018. — Etienne LAURENT / POOL / AFP

ASSEMBLEE NATIONALE

Richard Ferrand réfléchit à «passer la main» à mi-mandat à la tête des députés LREM

Richard Ferrand dirige le groupe La République en Marche à l’Assemblée nationale, composé de 312 députés…

Un an après l’arrivée massive de députés LREM à l’Assemblée, leur chef de file Richard Ferrand a indiqué qu’il réfléchissait à « passer la main » à mi-mandat, dans un entretien publié ce lundi dans Le Figaro.

A mi-mandat, soit fin décembre 2019, « il faudra remettre à plat et en cause l’ensemble des responsabilités » exercées par des « marcheurs » à l’Assemblée, conformément à l’engagement pris il y a un an, a rappelé Richard Ferrand, estimant que cela « ne veut pas dire organiser une vidange intégrale ».

Le député du Finistère et ancien ministre sera-t-il candidat à sa succession à la tête du groupe LREM ? « Ça, nous verrons en son temps (…) Reparlons-en dans un an ! L’esprit des choses serait que je passe la main », répond-il. Présider le groupe majoritaire, « ce n’est pas un chemin pavé de roses tous les jours » mais « les choses sont bien partagées entre difficultés et satisfactions », résume Richard Ferrand.

« On nous promettait les pires difficultés »

Il y a un an, « on nous promettait les pires difficultés. Or, les textes de transformation adoptés démontrent qu’il y a bien, après débats, une unité de pensée et d’action qui s’élabore au sein de notre groupe » de 312 membres, souligne-t-il.

Le vote contre le projet de loi asile-immigration en avril du député Jean-Michel Clément a entraîné sa mise en retrait du groupe LREM. Et depuis ce lundi, jour anniversaire de l’élection de la nouvelle Assemblée, il siège parmi les non-inscrits, est-il écrit sur le site de l’Assemblée. Pour Richard Ferrand, il existe dans le groupe « des sincérités divergentes, mais aucune volonté de nuire au travail commun ».

>> A lire aussi : Loi asile et immigration. Les conseils des ex-frondeurs PS aux députés «rebelles» LREM pour résister aux pressions

>> A lire aussi : Des députés LREM craignent «un nombre de divorces sans précédent» à cause de leur rythme de travail

 

À la une