En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Richard Ferrand, chef de file des députés LREM, le 22 février 2018. — Etienne LAURENT / POOL / AFP

ASSEMBLEE NATIONALE

Richard Ferrand réfléchit à «passer la main» à mi-mandat à la tête des députés LREM

Richard Ferrand dirige le groupe La République en Marche à l’Assemblée nationale, composé de 312 députés…

Un an après l’arrivée massive de députés LREM à l’Assemblée, leur chef de file Richard Ferrand a indiqué qu’il réfléchissait à « passer la main » à mi-mandat, dans un entretien publié ce lundi dans Le Figaro.

A mi-mandat, soit fin décembre 2019, « il faudra remettre à plat et en cause l’ensemble des responsabilités » exercées par des « marcheurs » à l’Assemblée, conformément à l’engagement pris il y a un an, a rappelé Richard Ferrand, estimant que cela « ne veut pas dire organiser une vidange intégrale ».

Le député du Finistère et ancien ministre sera-t-il candidat à sa succession à la tête du groupe LREM ? « Ça, nous verrons en son temps (…) Reparlons-en dans un an ! L’esprit des choses serait que je passe la main », répond-il. Présider le groupe majoritaire, « ce n’est pas un chemin pavé de roses tous les jours » mais « les choses sont bien partagées entre difficultés et satisfactions », résume Richard Ferrand.

 

« On nous promettait les pires difficultés »

Il y a un an, « on nous promettait les pires difficultés. Or, les textes de transformation adoptés démontrent qu’il y a bien, après débats, une unité de pensée et d’action qui s’élabore au sein de notre groupe » de 312 membres, souligne-t-il.

Le vote contre le projet de loi asile-immigration en avril du député Jean-Michel Clément a entraîné sa mise en retrait du groupe LREM. Et depuis ce lundi, jour anniversaire de l’élection de la nouvelle Assemblée, il siège parmi les non-inscrits, est-il écrit sur le site de l’Assemblée. Pour Richard Ferrand, il existe dans le groupe « des sincérités divergentes, mais aucune volonté de nuire au travail commun ».

>> A lire aussi : Loi asile et immigration. Les conseils des ex-frondeurs PS aux députés «rebelles» LREM pour résister aux pressions

>> A lire aussi : Des députés LREM craignent «un nombre de divorces sans précédent» à cause de leur rythme de travail

 

À la une