Illustration de la ville de Strasbourg, de la cathédrale, le 11 août 2014. — PATRICK HERTZOG / AFP

SERIE AUDIO 2/8

AUDIO. «Parole Paroles»: L’alsacien, «le droit à la différence» pour Roger Siffer

Embarquez vos oreilles dans notre série audio consacrée aux accents régionaux...

De Marseille à Lille en passant par Toulouse, Strasbourg ou la Bretagne, à chacun son accent. La mélodie des régions est loin d’avoir disparu, même si le français « standard » se diffuse par la mobilité progressive des populations. Les rédactions locales de 20 Minutes embarquent vos oreilles dans une série audio sur ces accents : il y a ceux considérés comme chantants, les autres chuintant ou encore appuyés. Une promenade de trois minutes, intitulée « Parole Paroles », qui dresse une cartographie sonore de la France…

Roger Siffer, figure alsacienne, auteur-compositeur-interprète-chansonnier-humoriste-écrivain. Pas moins. A la tête du Théâtre de la Chouc’routerie à Strasbourg, l’homme manie le rire et le verbe pour transmettre sa culture. Alsacien langue maternelle, français appris à l’âge de 4 ans, cet accent n’est pas forcément facile à porter car, selon Roger Siffer, il est considéré comme un accent germanique. L’artiste raconte que lors de sa première représentation à Paris, il y a 35 ans, un spectateur lui a crié : « Chante en français, on n’est pas en Bochie » (pour désigner, péjorativement, l’Allemagne). « Un accent assimilé à des péchés nazis » selon les mots de l’artiste, « très difficile à porter ». Envers et contre tout, Roger Siffer porte haut l’alsacien, qui est « le droit à être différent, un luxe en plus ».

Crédit musique: Palette (feat Meltzer) by The Villars from Fugue

>> Réécouter le premier épisode de «Parole Paroles» avec Odette, de l’Aude

>> Retrouvez par ici les autres podcasts de 20 Minutes​

À la une