En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Une baleine à bosse, dont certains groupes sont encore en voie d'extinction. — ATLAS PHOTOGRAPHY/SIPA

PLANÈTE

L’Australie s'oppose au Japon qui veut assouplir le moratoire sur la chasse à la baleine

La Première ministre australienne invite toutes les capitales à la rejoindre pour sauver les baleines…

Pour Julie Bishop, c’est assez ! La première ministre australienne a promis, ce jeudi, de s’opposer « vigoureusement » à toute tentative du Japon pour assouplir le moratoire sur la chasse à la baleine. Elle a même exhorté toutes les capitales partageant sa position à se dresser contre le Japon.

« Nous soutenons avec force le moratoire global sur la pêche commerciale à la baleine et nous nous opposerons vigoureusement à tout effort pour saper le processus qui le soutient, a déclaré la ministre. La science est claire : on n’a pas besoin de tuer des baleines pour les étudier ! »

Dans le cadre d’un « programme de recherche scientifique »

Tokyo plaide depuis longtemps pour l’assouplissement du moratoire et continue de chasser des baleines dans le cadre d’un programme de « recherche scientifique », faisant fi des critiques internationales. La chair des cétacés chassés finit sur les étals des poissonniers.

Lors de la dernière campagne de quatre mois en 2017 / 2018 en Antarctique, les pêcheurs japonais ont capturé 333 baleines dont 122 se trouvaient en période de gestation.

La pêche à la baleine est défendue par une partie des milieux politiques nippons comme étant une tradition à préserver. Mais s’il est exact que la chair de cétacés a constitué une salvatrice source de protéines dans les années de l’immédiat après-guerre, aujourd’hui, la plupart des Japonais disent ne pas en manger, ou très rarement.

>> A lire aussi : Vers un retour de la chasse commerciale à la baleine ?

À la une