En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

L'université de Grenoble, ici au mois de mai dernier. — JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

FAITS DIVERS

Grenoble: «Beaucoup de bêtise»… De nombreuses réactions aux tags antisémites ciblant le président de l’université

Une dizaine de tags ont été découverts lundi sur le campus de l’université Grenoble-Alpes, dont certains à caractère antisémite à l’encontre du président de l’UGA Patrick Lévy…

C’est encore la stupeur à Grenoble après la découverte, lundi, de tags antisémites sur les murs du campus isérois. La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal n’a pas tardé à réagir pour commenter cette initiative visant le président de l’université Grenoble-Alpes (UGA).

« Les graffitis antisémites ciblant Patrick Lévy sont inacceptables. Je les condamne avec la plus grande fermeté, tout comme les autres dégradations intervenues cette nuit. L’antisémitisme n’a pas sa place à l’université », a tweeté Frédérique Vidal.

« Pas de place dans notre territoire pour la violence antisémite »

Une dizaine de tags ont au total été inscrits sur les murs du campus universitaire de Saint-Martin-d’Hères, vraisemblablement dans la nuit de dimanche à lundi. Le plus remarqué était le suivant : « La rentrée, ça gaze (ra) ? ». Tous ont été effacés dès lundi. « C’est surtout beaucoup de bêtise et je ne souhaite pas commenter les attaques personnelles », a indiqué à l’AFP Patrick Lévy, ajoutant que l’université avait porté plainte pour l’ensemble des dégradations, sans mentionner de caractère antisémite.

Le député de l’Isère Olivier Véran (LREM) a lui aussi condamné « ces tags et autres dégradations de nos biens publics avec la plus grande fermeté ». La lecture des tags « laisse peu de place au doute quant à leur caractère antisémite », indique-t-il dans un communiqué. « Inacceptable dégradation de bien public. Il n’y a pas de place dans notre territoire pour la violence antisémite », a également tweeté le maire de Grenoble Eric Piolle.

À la une