Cette fausse interview a été créée par un journaliste hongrois proche de Viktor Orbán. — Capture d'écran Facebook

FAKE OFF

VIDEO. De la Hongrie à la page Facebook de Louis Aliot, le parcours d’une intox sur les migrants

Une interview du chef de la Ligue arabe tourne sur des sites proches de l’extrême droite. Ahmed Aboul Gheit y aurait exprimé une position dure sur les migrants. L’Egyptien n’a jamais tenu ces propos…

  • Une fausse interview du secrétaire général de la Ligue arabe est reprise sur des sites proches de l’extrême droite.
  • Ahmed Aboul Gheit n’a jamais tenu ces propos.
  • L’intox est née sur un blog tenu par un proche de Viktor Orbán.

Comment une intox née sur un blog hongrois s’est-elle retrouvée sur la page Facebook de Louis Aliot, député des Pyrénées-Orientales et numéro deux du Rassemblement national ? Le 30 août, un article du site Les Observateurs, titréInterview du président de la Ligue arabe : Pourquoi les migrants ne vont-ils pas dans les pays arabes riches ?, est partagé sur la page Facebook de l’élu.

Dans cette fausse interview, une journaliste d’une chaîne de télévision chinoise est supposée avoir demandé à Ahmed Aboul Gheit pourquoi « tous ces migrants et réfugiés […] ne veulent pas aller dans vos pays » ?

« C’est très simple, nous ne faisons pas d’exception avec ces gens, aurait répondu le secrétaire général de la Ligue arabe. Lorsqu’ils franchissent nos frontières et demandent l’asile, la prochaine étape est qu’ils signent un document qui les oblige à respecter tous les droits et règles de nos pays, et qui précise qu’en cas de violation de cet accord, ils seront condamnés, avec une procédure accélérée, aux mêmes peines que la population locale [ce qui peut aller dans les cas graves jusqu’à la peine capitale] et seront renvoyés dans leur pays de provenance aussitôt leur peine terminée. »

L’intox continue : « Nous leur faisons signer également un accord stipulant que l’aide financière qu’ils touchent pour leur intégration dans nos pays doit être intégralement remboursée dans les deux ans, faute de quoi nous saisissons tous leurs biens et ils seront expulsés définitivement de nos pays. Si quelqu’un ne sait pas lire et écrire, il apposera au document son empreinte digitale. Il n’y a aucune excuse du genre : “je ne connaissais pas la culture locale”, ce qui serait d’ailleurs peu crédible dans le cas des personnes arabes, et ce genre d’excuse n’est pas pris en compte. Tous ces arguments que je viens vous citer sont arrivés aux oreilles de chaque migrant, c’est pourquoi ils ne veulent pas demander d’asile dans les pays arabes. »

FAKE OFF

Ahmed Aboul Gheit a bien donné une interview à la chaîne CGTN début juillet. Mais l’Egyptien n’a jamais tenu les propos relayés dans l’intox.

Interrogé sur la répartition des réfugiés dans les pays arabes, il commence par reporter la responsabilité des conflits sur les pays « occidentaux ». Il explique ensuite essayer « de convaincre les Etats arabes membres [de la Ligue arabe], surtout les riches – et nous avons un certain nombre de pays arabes riches – de financer des opérations d’accueil de Syriens, d’Irakiens et d’autres réfugiés. Je visite souvent des endroits en Jordanie, qui accueille des gens au-delà de ses capacités, ou au Liban, qui accueille des gens au-delà de ses capacités, et je vois qu’un grand effort est fait. »

Un journaliste qui a tenu des propos anti-roms

Deux semaines après cette interview, un journaliste hongrois prétend publier une retranscription de l’entretien sur son blog. En réalité, il crée une intox de toutes pièces.

Ce journaliste est bien connu en Hongrie : en 2016, Zsolt Bayer a été fait chevalier de l’Ordre du mérite par Viktor Orbán. Il est un des fondateurs du Fidesz, le parti du Premier ministre. Il a tenu à plusieurs reprises des propos anti-roms et antisémites, expliquait en 2016 Libération.

Alain Soral publie l’intox sur son site

Dans les jours qui suivent, l’intox est reprise sur des forums et d’autres blogs hongrois. Elle semble avoir été traduite en français par le site suisse Les Observateurs, qui prétend fournir « une vision de l’actualité suisse libérée de la pensée unique. » Ce post, publié le 29 août, connaît un certain écho sur Facebook : il est publié sur la page de Louis Aliot (20.930 abonnés) et sur deux pages proches du Rassemblement national, qui rassemblent près de 6.000 et 1.700 abonnés. Le 2 septembre, l’intox a été reprise sur le site d’Alain Soral, qui a été condamné en juin à deux peines d’emprisonnement avec sursis pour provocation à la haine.

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la  désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.

À la une