Vincent Lacoste et William Lebghil dans Première année de Thomas — Denis Manin / 31 Juin Films/Le Pacte

DRAME

Thomas Lilti: «Vincent Lacoste et William Lebghil représentent chacun un type d'étudiant médecin»

Après « Hippocrate », le réalisateur Thomas Litli revient sur ses propres débuts d'étudiant en fac de médecine dans « Première année »...

  • L’ancien médecin Thomas Lilti plonge Vincent Lacoste et William Lebghil dans le monde ultra-compétitif d’une fac de médecine.
  • L’un redouble et l’autre découvre cet univers dans « Première année ».
  • Le réalisateur a puisé dans ses propres souvenirs pour écrire son film.

Ancien médecin, Thomas Lilti a fait découvrir le travail des praticiens étrangers dans les hôpitaux français dans Hippocrate (2014) et des docteurs ruraux dans Médecin de campagne (2016). Il poursuit son exploration de la jungle médicale avec Première année, centrée sur cette période capitale dans la vie des étudiants.

« C’est là que se fait la sélection, explique-il à 20 Minutes. Ce film est destiné à montrer comment elle s’opère et à mieux faire comprendre comment des jeunes pourtant animés par une solide vocation finissent parfois par renoncer devant des épreuves qui n’ont rien à voir avec leur futur métier. » Vincent Lacoste et William Lebghil (vu en janvier dernier Ami-Ami de Victor Saint Macary) incarnent ces gamins à peine sortis de l’enfance, qui vont se lancer dans une compétition épuisante et souvent démoralisante.

Difficile de s’adapter

« Vincent Lacoste et William Lebghil représentent chacun un type bien différent d’étudiant médecin, précise le cinéaste. Le premier, Antoine, repique sa première année et peine toujours à s’adapter alors qu’il veut réussir à tout prix. Le second, Benjamin, entre tout de suite dans le moule bien qu’il ne soit là que pour complaire à son père médecin. » L’amitié qui se noue entre eux va être progressivement malmenée par les concours décidant de leur avenir.

Vincent Lacoste, juste comme toujours, communique l’angoisse d’un jeune homme submergé par la terreur d’examens purement théoriques. « Vincent ne pouvait pas reprendre le rôle du naïf découvrant la fac : il a mûri depuis Hippocrate » insiste Thomas Lilti.

Naïf et brillant

Il a donc confié le personnage du bon élève à William Lebghil. « Il incarne un petit garçon à la fois naïf et brillant qui doit définir ses priorités après avoir grandi dans le milieu médical », explique-t-il.

>> A lire aussi : Etudes de médecine: «La "première année", c’est pas une année d’étude, mais de sélection»

Thomas Litli transpose parfaitement à l’écran les épreuves subies pendant cette année où les étudiants sacrifient leur vie privée et peuvent tout perdre en quelques heures dans un amphithéâtre. « Je l’ai vécu moi-même et j’aurais aimé que mes parents puissent voir un film comme le mien à l’époque de mes études », avoue-t-il. La force de Première année est de parvenir à montrer comment l’esprit de compétition rejaillit sur les étudiants au point de leur faire perdre cette part d’humanité pourtant indispensable, vu le métier qu’ils ont choisi. Et Thomas Lilti poursuit dans la même veine en adaptant Hippocrate en série télévisée. Diffusion en novembre sur Canal +.

 

À la une