En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Le président LR de sa commission des Lois du Sénat, Philippe Bas, à Paris le 16 mars 2016 — FRANCOIS GUILLOT AFP

AUDITION

Alexandre Benalla pourrait bien être interrogé par le Sénat, dit Philippe Bas

Le président de la commission d’enquête du Sénat s’étonne aussi d’une transparence à géométrie variable de l’Elysée…

Le président LR de la commission d’enquête sénatoriale sur l’affaire Benalla, Philippe Bas, a réclamé ce jeudi de la « transparence » et jugé « fragile » la thèse de l’employé assurant une simple fonction d’organisation à l’Elysée. Il a aussi confirmé que la commission d’enquête n’exclut pas d’entendre Alexandre Benalla. « On verra dans une dizaine de jours, on a déjà un calendrier chargé à partir de la semaine prochaine », a-t-il noté sur LCI.

Après les premières auditions réalisées par la commission en juillet, « il apparaît vraisemblable, malgré les dénégations, qu’Alexandre Benalla a rempli une fonction de protection personnelle du chef de l’État alors que, dans nos institutions, c’est la responsabilité d’un service de l’État », a-t-il également remarqué dans un entretien au Figaro. Or, la protection du président « ne peut reposer sur un arrangement privé », car « face au risque terroriste, il en va de la personne du président mais aussi de la continuité de l’État et de la stabilité de nos institutions ».

Pas de transparence à « géométrie variable »

Par ailleurs, la commission, qui a reçu une majorité des documents internes demandés, n’a « toujours pas la fiche de poste et le salaire d’Alexandre Benalla », regrette Philippe Bas. « La transparence ne saurait être à géométrie variable ! » « Cette information relève du secret de la défense nationale ? Est-ce que la rendre publique met en péril des institutions ?, a-t-il interrogé sur LCI. Savoir exactement ce qu’Alexandre Benalla faisait à l’Elysée n’est pas une exigence disproportionnée ».

Il se dit aussi frappé non pas par « la sanction infligée en mai » par l’Elysée à Alexandre Benalla mais par « la confiance maintenue » à un collaborateur qui avait « manqué à ses devoirs ». Une confiance qui n’a cessé que « lorsque les médias s’emparent de l’affaire », a-t-il remarqué sur LCI.

>> A lire aussi : Affaire Benalla: Contradictions, accusations, zones d'ombre... Les points clés de l'interview d'Alexandre Benalla

>> A lire aussi : Affaire Benalla: L'Elysée refuse de communiquer le salaire du chargé de mission au nom de la «séparation des pouvoirs»

 

À la une