Denis Balbir va commenter le match de ce dimanche pour M6. — MURIEL FRANCESCHETTI/W9

INTERVIEW

Denis Balbir commente les Bleus sur M6: «Nous ne serons pas dans la critique systématique mais pas dans le béni oui oui non plus»

M6 va partager la diffusion des matchs des champions du monde avec TF1, et visiblement ils comptent faire les choses différemment…

RECTIFICATIF: Contrairement à ce que laissait entendre un précédent titre de cet article suite à un malentendu, Denis Balbir ne juge pas que les commentateurs de TF1 étaient trop critiques vis-à-vis de l’équipe de France pendant la Coupe du monde.

Les Bleus prennent leurs quartiers sur M6. La chaîne partage désormais les droits de diffusion de l' équipe de France (et ce jusqu’en 2022), et elle compte bien faire les choses. Denis Balbir, qui commentera tous les matchs avec Jean-Marc Ferreri, est ravi de retrouver les champions du monde, ce dimanche à 21h au Stade de France face aux Pays-Bas en Ligue des nations.

C’est un gros enjeu pour M6 d’avoir les matchs des Bleus, du coup c’est une grosse pression pour vous ?

Non, pas du tout parce que je ne le vois pas comme un enjeu, mais comme un plaisir. On va accompagner avec beaucoup de plaisir cette équipe de France sur une longue durée [jusqu’en 2022] après l’Euro 2012 et l’Euro 2016. L’enjeu est de faire plaisir aux téléspectateurs, d’autant qu’il y a de moins en moins de football en clair à la télévision. Les matchs sont de plus en plus difficiles d’accès, avec des coûts importants. En plus, les amateurs de foot doivent prendre une chaîne sur un opérateur, une autre sur un autre opérateur, c’est compliqué. On préfère ce qui est gratuit et de haut niveau.

Est-ce qu’il y a une ambiance spéciale quand on commente un match des Bleus ?

Au sein de M6, il y a une excitation très positive. Au stade, les gradins sont pleins. Nous avons la chance de faire trois matchs au Stade de France. Ce dimanche, c’est le premier match de l’équipe de France au Stade de France depuis la victoire en Coupe du monde. Le public retrouve son équipe, il va y avoir une grosse ambiance.

Contrairement aux matchs entre deux clubs, est-on obligé d’être gentil avec l’équipe de France ?

On n’est obligé de rien quand on commente un match. Les gens sont assez éduqués au niveau footballistique pour savoir quand un match est mauvais, donc je ne vais pas mentir. La question c’est plutôt d’aller dans l’émotion, la passion. On voit des footballeurs de très haut niveau jouant dans de très grands clubs, avec en plus maintenant un titre mondial, ça va être passionnant.

Pour la première fois, TF1 n’est plus exclusif, et notre façon de commenter va être différente de la leur. On est derrière les Bleus, mais pas dans le béni oui oui. Nous ne serons pas non plus dans la critique systématique comme on l’a eu pendant la Coupe du monde. Certains commentateurs étaient très critiques, et quand l’équipe de France a gagné, ils ont dû mettre le nez dans leur caca.

Après la polémique d’avril sur vos propos en off, est-ce que vous allez être plus prudent sur ce que vous direz ?

Il n’y a pas à être prudent ou pas. Ce sont des propos hors antenne qui sont sortis parce que j’avais oublié de fermer un bouton, un acte malveillant, pour lequel j’ai fourni les excuses qu’il fallait. Je suis dans le présent. Je ne vais pas résumer trente ans de carrière à une phrase malheureuse. C’est oublié, je suis dans la préparation de mes matchs, je suis à fond là-dedans. J’ai été énormément soutenu par tout le monde du football. Ça s’est bien terminé pour moi. J’ai de nouveaux objectifs à atteindre : faire vivre au maximum les matchs aux Français.

À la une