Samuel Dufour (à gauche) s'exprime devant la cour d'assises de Paris avec à droite, les deux autres accusés, Esteban Morillo et Alexandre Eyraud. — BENOIT PEYRUCQ / AFP

AUDIENCE

Procès Méric: Une fracture compatible avec une arme, selon une contre-expertise

L'usage ou non d'une arme détermine la peine maximale encourue...

Une contre-expertise médicale présentée vendredi aux assises de Paris a contredit l'autopsie et conclu à l'existence d'une fracture «compatible avec l'usage d'un poing américain» contre Clément Méric, étudiant antifasciste tué lors d'une rixe avec des skinheads en 2013. «Clément Méric a été victime de plusieurs traumatismes directs, compatibles autant avec des poings nus qu'avec des bagues et un poing américain», a déclaré à la cour un médecin expert.

L'usage d'un poing américain est une des questions clés du procès : deux des trois accusés sont jugés pour des coups mortels portés en réunion et avec arme, un crime pour lequel ils encourent jusqu'à vingt ans de prison. Quinze ans si l'usage d'arme est écarté. Cette contre-expertise contredit le rapport d'autopsie du premier légiste, qui n'avait constaté «aucune fracture des os propres du nez» et écarté fermement l'utilisation d'un poing américain.

«C'est une fracture, incontestable»

Le nouvel expert a travaillé sur le dossier médical de Clément Méric, les conclusions de l'autopsie, le rapport du SAMU et effectué un scanner. Sur l'image du crâne tirée du scanner, projetée sur grand écran à l'audience, on voit très nettement une courbe noire tranchant avec le gris des os du nez. «C'est une fracture, incontestable. Le diagnostic est visible même par un non médecin», affirme le légiste.

La présidente de la cour lui fait remarquer que le premier légiste n'a vu aucune fracture, ni en disséquant l'arrête nasale ni en analysant la radio. «La radiographie est moins précise. J'ai pratiqué 2.000 autopsies, il m'est arrivé de passer à côté d'une fracture des os propres du nez [...], pourtant visible au scanner», a-t-il répondu.

«Un objet contondant très dense»

S'il ne privilégie aucune hypothèse concernant la fracture, les lésions «d'une grande régularité, en ligne» sur la joue gauche de Clément Méric lui «évoque un objet contondant très dense». Un témoignage sans conteste plus favorable à l'accusation, mais qui ne permet pas de lever toutes les incertitudes et doit être confronté à la parole des protagonistes.

>> A lire aussi : Au procès Clément Méric, la douceur de la mère de la victime et les larmes du principal accusé

Le principal accusé, Esteban Morillo, a reconnu avoir porté deux coups, à mains nues, à Clément Méric, dont le coup qui l'a fait s'écrouler sur la chaussée. Samuel Dufour avait des bagues mais affirme n'avoir jamais frappé Méric, et les témoins qui le désignent le confondent visiblement avec Morillo.

À la une