Jean-Michel Blanquer à l'Assemblée Paris, FRANCE-06/12/2017. Credit:Jacques Witt / Sipa/SIPA. — SIPA

LANGUES

Jean-Michel Blanquer veut donner du prestige à l'apprentissage de l'arabe à l'école

Le ministre de l’Education nationale veut, notamment, freiner l’influence des islamistes, qui proposent des cours…

Et voici qu’on reparle de l’apprentissage de l’arabe à l’école. Ce lundi matin, le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a dit qu’il était favorable à ce qu’il soit développé, comme d’autres langues, dès la primaire. Le ministre était l’invité de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC et BFM TV.

Il s’agit, d’après Jean-Michel Blanquer, de donner du « prestige » à cette langue. Il a aussi souscrit au diagnostic selon lequel l’ostracisation de la langue arabe dans l’Education nationale donne l’occasion aux islamistes d’attirer les jeunes désireux de l’apprendre dans leur propre cours. Si le ministre a bien précisé que ces enseignements ne devaient pas être seulement à destination des enfants originaires de pays de langue arabe, il a aussi dit que d’autres langues pourraient être développées.

Sujet tendu

Lors de l’interview, Jean-Michel Blanquer a pris des pincettes. Le sujet est en effet tendu. L’apprentissage de l’arabe à l’école, même dans des petites classes, a été l’un des fils rouge du passage de Najat Vallaud-Belkacem au ministère de la rue de Grenelle. La ministre socialiste avait été l’objet de nombreuses rumeurs sur Internet liant des mesures parfaitement fausses voire fantaisistes aux origines de l’ex-ministre.

À la une