En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Vladimir Poutine à Moscou, le 5 février 2017. — Alexei Nikolsky/AP/SIPA

ENQUETE

Affaire Skripal: Moscou affirme avoir trouvé les suspects, «des civils», pas des criminels

Le Kremlin ne cesse de nier son implication dans l’affaire...

L’enquête dans l'affaire Skripal progresse. La Russie a identifié les hommes soupçonnés par Londres d’avoir empoisonné l’ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille en Angleterre, a annoncé ce mercredi Vladimir Poutine, assurant que ce sont des « civils » n’ayant rien fait de « criminel ».

« Nous savons de qui il s’agit, nous les avons trouvés. Mais nous espérons qu’ils apparaîtront eux-mêmes au grand jour pour dire qui ils sont », a déclaré Vladimir Poutine lors d’un forum économique dans l’Extrême-Orient russe.

« Ce sont des civils bien sûr. Je vous assure qu’il n’y a là rien de criminel », a-t-il poursuivi, laissant entendre que ces deux hommes n’avaient rien à voir dans l’empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille à Salisbury, en mars.

Deux « officiers » du renseignement militaire russe visés par Londres

Londres a accusé Moscou de « mensonges » sur ces suspects. « Ces hommes sont des officiers du service de renseignement militaire russe, le GRU », a déclaré un porte-parole de Downing Street lors d’un point presse régulier.

« Nous avons demandé de manière répétée des comptes à la Russie sur ce qui s’est passé à Salisbury en mars, ils n’ont répondu que par des mensonges. Rien n’a changé », a-t-il affirmé.

Depuis le départ, le Royaume-Uni accuse Moscou d’être à l’origine de l’attaque, qui a engendré une grave crise diplomatique entre le Kremlin et les Occidentaux et abouti à une vague historique d’expulsions croisées de diplomates, ainsi qu’à de nouvelles sanctions économiques contre la Russie.

Alors que Moscou ne cesse de nier son implication dans l’affaire, dénonçant des « accusations sans fondement », Londres a accusé à plusieurs reprises les autorités russes de désinformation.

>> A lire aussi : Londres accuse nommément Vladimir Poutine dans l'affaire Skripal

 

À la une