En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Emmanuel Macron le 3 octobre 2018, à Paris. — Regis Duvignau/AP/SIPA

COTISATIONS

«Votre amie, c'est l'Urssaf», lance Emmanuel Macron aux start-up

Le chef de l’Etat a été interpellé par un entrepreneur qui jugeait que le poids des charges sociales l’empêchait de recruter…

« Votre amie, c’est l’Urssaf », a lancé Emmanuel Macron devant un parterre de dirigeants de start-up, lors d’une rencontre, ce mardi, avec des entrepreneurs à la Station F, pépinière géante de jeunes entreprises. Le chef d’Etat, sollicité sur le poids des charges sociales, a défendu l’utilité de l’organisme de collecte des cotisations sociales.

« Mon ennemi, c’est l’Urssaf », a lancé un entrepreneur au chef de l’Etat, suscitant de nombreux applaudissements. « Je suis obligé de vous le dire parce que vous avez eu un vrai succès collectif et donc c’est mon travail de changer cette perception : votre amie, c’est l’Urssaf », lui a répondu Emmanuel Macron, s’attirant à son tour des applaudissements nourris.

« Le jour où vous êtes malade, au chômage, vieux, c’est grâce à l’Urssaf que vous payez parfois zéro »

« Votre amie, c’est l’Urssaf parce que c’est ce qui fait qu’en France, contrairement aux Etats-Unis, à l’Inde et beaucoup de pays fascinants de prime abord quand on parle de levées de fonds ou autre, le jour où vous êtes malade, au chômage, vieux, c’est grâce à l’Urssaf que vous payez parfois zéro dans beaucoup de ces situations », a poursuivi le président français. « On oublie trop souvent de le dire », a-t-il plaidé.

 

Dans les comparatifs entre pays, « il faut aussi qu’on regarde la vie avec un salaire », mais aussi « un coût de la vie » où sont inclus « les risques du quotidien ». Lors de son discours, Emmanuel Macron avait écarté de nouvelles aides fiscales à l’investissement dans les start-up pour les particuliers, en rappelant la réforme de l’impôt sur la fortune et l’introduction d’une « flat tax » afin de favoriser les entrepreneurs et investisseurs. « Je (ne) vais pas créer en plus des avantages fiscaux », avait-il justifié.

 

À la une