Entrée de l'hôtel du Département, à Lille siège du conseil départemental du Nord. — Olivier Aballain / 20 Minutes

SOCIAL

Lille: Entre 200 et 300 travailleurs sociaux manifestent contre leurs conditions de travail

Les agents sociaux et médico-sociaux lillois du département du Nord étaient appelés à manifester pour protester contre leurs conditions de travail…

Ils étaient entre 200 et 300 à avoir répondu à l’appel. Des travailleurs sociaux et médico-sociaux du département du Nord se sont retrouvés, ce mardi matin, devant le conseil départemental, à Lille, pour protester contre leurs conditions de travail.

En point de mire de cette manifestation, la politique du président (DVD) du département, Jean-René Lecerf. Assistants sociaux, éducateurs, infirmiers, psychologues ou encore assistants familiaux des Unités territoriales de prévention et d’action sociale (UTPAS) de la métropole lilloise s’étaient donné rendez-vous sous les fenêtres du président.

« Les enveloppes pour accompagner les familles en grande précarité diminuent »

« La charge de travail exponentielle, le sous-effectif chronique, le turn-over incessant […] ont des conséquences indéniables sur la santé et la sécurité du personnel et provoquent des conflits de valeurs ingérables », précise le syndicat Sud, dans un communiqué.

« Département : bourreau d’enfants », a même inscrit un des manifestants, sur le parvis du conseil départemental. « Les services sont mis à mal par la baisse le nombre de places en structure, dénonce une assistante sociale de Lille. Les enveloppes pour accompagner les familles en grande précarité diminuent. »

Grève à Tourcoing

Cette manifestation fait suite à un mouvement de grève commencé il y a deux semaines par les agents du secteur de Tourcoing. Ces derniers ont repris le travail, mais compte bien continuer à se faire entendre, selon La Voix du Nord. Une page Facebook  Le collectif dégradé a, notamment, été créée pour relayer le mécontentement.

Une autre manifestation des agents des UTPAS est prévue le 6 novembre. D’ici là, le président du département doit donner son point de vue sur la situation lors d’une conférence de presse programmée vendredi.

 

À la une