Karim Benzema, joueur au Real Madrid, en plein match le 1er septembre 2018 à Madrid. — Andrea Comas/AP/SIPA

ENQUETE

Des proches de Karim Benzema soupçonnés d'être impliqués dans une tentative d'enlèvement

Selon Mediapart, un différend financier serait à l’origine de l’affaire…

Et revoilà Karim Benzema dans la rubrique fait divers ! Selon Mediapart, des proches de l’attaquant madrilène sont suspectés d’être impliqués dans une tentative d’enlèvement, tentative qui s’est déroulée durant le dernier PSG-OL. Une enquête a été ouverte après un dépôt de plainte pour « tentative d’arrestation, d’enlèvement, séquestration ou détention arbitraire, violence n’ayant entraîné aucune incapacité de travail ».

Les faits remontent au 7 octobre. Ce soir-là, après le choc de Ligue 1, Léo D’Souza, le dépositaire de ladite plainte, présenté comme un intermédiaire du monde du football gravitant dans l’entourage du joueur, aurait été victime d’une tentative d’enlèvement dans le 13e arrondissement de la capitale. La raison : la disparition de 50.000 euros.

Un différend financier à l’origine de l’altercation

L’homme présenté par Mediapart comme un collaborateur de Karim Benzema, devait en juillet rapporter du Maroc, cette somme en cash, envoyée par un sponsor au footballeur. Intercepté à la douane en arrivant en France, Léo D’Souza a affirmé que l’argent ne lui avait pas été rendu. Depuis, les relations entre les deux hommes se sont dégradées, indique Mediapart. Le pure player écrit également que le « clan Benzema a acquis la conviction, en récupérant notamment une quittance de paiement auprès des douanes marocaines, que « Léo a conservé l’argent ».

Pour régler cette affaire, Léo D’Souza est convié ce fameux dimanche soir dans un bar à chichas parisien par un ami qu’il a en commun avec Karim Benzema. Le prétexte qui lui est donné, selon la plainte : le footballeur souhaiterait lui parler via FaceTime.

Karim Benzema dément

Mais alors qu’il fume une cigarette à l’extérieur de l’établissement, le plaignant affirme qu’un van noir a débarqué et que « Smaïne Tabennehas, un ami d’enfance de Benzema » l’a sommé de monter à bord. Léo D’Souza refuse et selon ses dires, il est roué de coups au visage et dans les cotes. Des employés alertés par les cris sortent et somment les occupants du van, a priori des proches du footballeur, de quitter les lieux. Ils rejoignent alors le Royal Monceau où Karim Benzema passait la nuit. Selon Mediapart, la police a exclu la présence du joueur dans le van.

« La plainte de Monsieur D’Souza est une tentative aussi mensongère que maladroite de couvrir ses turpitudes », a affirmé à Mediapart l’avocat de Karim Benzema. C’est le 3e district de police judiciaire de Paris qui enquête sur l’affaire.

 

À la une