En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Marine Le Pen, le 3 décembre 2018 à Nanterre. — SIPA

ACCORD

RIC, nationalisation des autoroutes, libre-échange... Marine Le Pen reconnaît plusieurs convergences avec Mélenchon

Marine Le Pen a rappelé que son parti et celui de Jean-Luc Mélenchon avaient représenté ensemble, au premier tour de ce scrutin, « plus de 40 % de l’électorat »... 

Si Marine Le Pen a affirmé être « aux antipodes » sur le sujet de l’immigration avec Jean-Luc Mélenchon, la présidente du Rassemblement national a reconnu, dans un entretien au journal suisse Le Temps publié lundi soir, plusieurs convergences avec le leader de La France insoumise, notamment sur le référendum d’initiative citoyenne.

Une convergence « est impossible sur la question des migrations et sur le fondamentalisme religieux. Sur ce plan, nous sommes aux antipodes », a souligné Marine Le Pen. Mais « pour le reste, oui, une convergence existe », a-t-elle ajouté, citant le référendum d’initiative citoyenne, la nationalisation des autoroutes, l’opposition aux accords de libre-échange et au projet de loi sur les infox ou fausses nouvelles.

« Converger autant avec l’Allemagne est un abandon de souveraineté, une trahison »

Si la finaliste de la présidentielle en 2017 a rappelé que son parti et celui de Jean-Luc Mélenchon avaient représenté ensemble, au premier tour de ce scrutin, « plus de 40 % de l’électorat », elle a déploré n’avoir ensemble « que 25 députés sur 577 à l’Assemblée nationale ».

La présidente du Rassemblement national a, de nouveau, dénoncé le nouveau traité franco-allemand que Paris et Berlin doivent signer mardi, estimant que « converger autant avec l’Allemagne est un abandon de souveraineté, une trahison ». En matière d’immigration, la France n’a « pas besoin d’un mur », a ajouté Marine Le Pen. Cette idée « n’a selon moi pas sa place », a-t-elle expliqué, plaidant pour la « fermeté » et la « dissuasion ».

 

À la une