En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Détail d'une couverture de l'édition française de Ranma 1/2 — Rumiko Takahashi & Glénat Manga 2019

BD

La Japonaise Rumiko Takahashi sacrée Grand Prix du Festival de la BD d'Angoulême

L’artiste nippone vient d’être élue Grand Prix du 46e Festival International de la Bande dessinée d’Angoulême à l’issue du vote d’une majorité des auteur(e)s professionnel(le)s de BD…

  • Entre les trois finalistes annoncés la semaine dernière, le Français Emmanuel Guibert, l’Américain Chris Ware et la Japonaise Rumiko Takahashi, c’est cette dernière qui l’a emporté.
  • Même si son nom reste peu connu du public occidental, elle fait partie des mangakas les plus prolifiques et adulés dans le monde.
  • La directrice éditoriale de Glénat Manga – qui publie en version française les ouvrages de Rumiko Takahashi – et Florence Cestac, seule Grand Prix féminin jusqu’à aujourd’hui, saluent le couronnement d’une femme.

À la veille de l’ouverture officielle du 46e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, on connaît déjà la lauréate de son Grand Prix : Rumiko Takahashi, laissée au pied du podium l’an dernier, a cette fois été plébiscitée pour succéder à l’américain Richard Corben.

« Maison Ikkoku », « Ranma 1/2 », « Urusei Yatsura »… Trois titres phares de Rumiko Takahashi, la reine du manga — 1992, 2016 Rumiko TAKAHASHI/SHOGAKUKAN

Peu connue du grand public, cette artiste complète fait pourtant l’unanimité auprès des fans de manga. Y compris français. « Parlez-leur de Ranma ½, Maison Ikkoku (Juliette, je t’aime en français) ou InuYasha et vous mesurerez l’immense popularité de Rumiko Takahashi », confirme Satoko Inaba, directrice éditoriale chez Glénat Manga.

Un vote de la Génération Club Dorothée ?

« C’est une créatrice qui a commencé sa carrière professionnelle il y a quarante ans et qui a participé pour une part essentielle à la reconnaissance de la BD japonaise en occident », précise la responsable de Glénat. Comment ? En produisant des titres très vite adaptés en dessins animés qui, à l’exemple de Lamu, Ranma 1/2 et Juliette, je t’aime, ont fait les beaux jours de l’émission Club Dorothée dans les années 1980.

« Les enfants qui regardaient ces dessins animés sont aujourd’hui des adultes… et parmi ceux-ci, certain(e) s sont devenu(e) s des auteur(e) s qui ont dû voter assez naturellement pour une de leurs idoles de jeunesse », estime Satoko Inaba. Rappelons en effet que le Grand Prix n’est plus, depuis 2013, élu par ses prédécesseurs, mais par « tout(e) auteur(e) de BD professionnel (le), quelle que soit sa nationalité, dont les œuvres sont traduites en français et diffusées dans l’espace francophone ».

« Le manga n’est plus un sous-genre »

Après celui de Katsuhiro Otomo (le créateur d’Akira) en 2015, le sacre de Rumiko Takahashi rappelle surtout à ceux qui en douteraient encore que « le manga n’est - enfin ! - plus vu comme un sous-genre, ce qui a longtemps été le cas, et que ses auteurs sont désormais considérés par leurs collègues occidentaux comme des pairs, se réjouit encore Satoko Inaba. Cela aura pris du temps, mais la bande dessinée japonaise n’est plus une lecture exotique et étrange, ce dont on la qualifiait lorsque les premiers titres ont été publiés en France il y a tout juste trente ans [par les éditions Glénat, d’ailleurs]. Et la nomination de Rumiko Takahashi en est une nouvelle preuve éclatante. »

Vive les femmes !

L’autre fait marquant de ce couronnement, c’est indéniablement qu’il corrige une criante injustice : avant Rumiko Takahashi, une seule femme avait reçu le Grand Prix depuis sa création (en plus de Claire Brétécher, honorée du Prix du 10e anniversaire en 1983) : c’est Florence Cestac en 2000. Laquelle, interrogée par 20 Minutes, se félicite de cette évolution : « C’est très bien, c’est en phase avec notre époque, le mouvement #MeToo etc. J’espère que ça sera de plus en plus fréquent et naturel, et que des auteures comme Catherine Meurisse ou Marion Montaigne seront distinguées un jour. »

« C’est bien que le Grand Prix s’ouvre aux femmes, abonde Satoko Inaba. Au Japon, ça surprendrait moins, parce qu’on y recense beaucoup de mangakas femmes. En grande partie grâce à Rumiko Takahashi, d’ailleurs, dont la série Ranma ½ a décomplexé beaucoup d’apprenties auteures nippones… Pour ça aussi, ce Grand Prix est archi-mérité. »

Viendra, viendra pas ?

L’Américain Richard Corben, Grand Prix l’an passé et qui aurait donc dû présider l’édition 2019 du Festival de la BD d’Angoulême, ne sera finalement pas présent – pour des raisons logistique et de santé - sur les bords de la Charente. Un crève-cœur pour les organisateurs, qui préféreraient que l’événement soit « incarné », et on les comprend… alors quid de Rumiko Takahashi, aujourd’hui âgée de 61 ans ? Viendra-t-elle recevoir son Prix ? Présidera-t-elle physiquement l’édition 2020 ? « On n’en est pas encore sûrs, précise Satoko Inaba. Ça représente quand même un long voyage et culturellement, les Japonais (es) préfèrent mettre en avant leur travail plutôt que leur personne. Mais qui sait… »

Quoi qu’il en soit, souhaitons que de nombreux lecteurs occidentaux d’ordinaire peu attirés par le manga auront la curiosité de se pencher, dès demain, sur l’œuvre d’une des plus grandes créatrices de la bande dessinée mondiale.

 

À la une