En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

"Gilets jaunes" et "infox" font bon ménage. — UGO AMEZ/SIPA

FAKE NEWS

«Gilets jaunes»: Les fausses informations liées au mouvement vues plus de 100 millions de fois

Une ONG a analysé la viralité des 100 plus grosses fausses informations du mouvement social sur les réseaux sociaux

Les fausses informations circulent plus vite et surtout mieux que les authentiques. Ça, on savait. On a maintenant la confirmation que les « gilets jaunes » y ont été particulièrement sensibles. D’après l’ONG Avaaz ces « infox » ont été vues 105 millions de fois et partagées 4 millions de fois sur Facebook. L’ONG a étudié le nombre de vues et de partages des 100 fausses nouvelles ou « infox » les plus virales qui ont été publiées sur des groupes et comptes Facebook liés au mouvement, du 1er novembre au 6 mars.

Est notamment citée une publication incluant prétendument des photos de « gilets jaunes » ensanglantés et « tabassés par les CRS », et qui a récolté 3,5 millions de vues. Alors qu’il s’agissait en réalité d’images prises en Espagne, notamment lors de la crise catalane, comme l’a démontré AFP Factuel, le service de vérification des faits de l’AFP.

Gros succès pour RT France

Avaaz a par ailleurs calculé que la chaîne publique russe RT France, dont les vidéos des manifestations de « gilets jaunes » ont connu un grand succès au sein du mouvement, a été la chaîne la plus consultée pour ce type de vidéos, puisqu’elle a accumulé « plus du double des vues engrangées par Le Monde, L’Obs, Le Huffington Post, Le Figaro et France 24 combinés ».

 

L’ONG basée aux Etats-Unis et spécialisée dans le militantisme en ligne, a lancé une campagne baptisée « Correct the record » (« Des rectificatifs pour les infox »), qui vise à obliger Facebook à signaler systématiquement à tous ceux qui les ont visionnés les contenus qui sont été identifiés comme étant faux par des services de fact-checking.

 

À la une