En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Brigitte Bardot, ex-légende du cinéma et militante de la cause animale, a dénoncé avec virulence la maltraitance des animaux à La Réunion. Et ça n'a pas plu du tout. — Solal

ANIMAUX

La Réunion: Bardot présente des excuses et redit sa révolte

Elle a justifié sa colère par le sort « tragique » des animaux sur l’île

Brigitte Bardot fait son mea-culpa ce dimanche et a présenté ses excuses après ses propos injurieux contre les Réunionnais, qu’elle avait qualifiés dans une lettre au Préfet de « population dégénérée » avec des « traditions barbares » dans une « île démoniaque ».

« Les autochtones ont gardé leurs gènes de sauvages », y écrivait-elle, accusant les Réunionnais de « barbarie » quant au sort selon elle réservé aux chiens et chats, ou évoquant les « fêtes indiennes Tamoul avec décapitations de chèvres et boucs en offrande à leurs dieux ».

« Au moins, cela fera peut-être réagir »

Des qualificatifs qui avaient bien sûr fait polémique, le préfet de l’île saisissant même le procureur de la République.

Une colère qu’elle explique par le « sort tragique » des animaux dans l'île. « Mon seul tort est d’avoir fustigé l’ensemble de la population en blessant ceux qui ne blessent pas les animaux. Je leur demande de me pardonner », écrit-elle dans un communiqué. « On sanctionne violemment mes mots et non les actes qui les ont provoqués, estime-t-elle. C’est une révolte qui couve en moi depuis 24 ans qui, telle une éruption volcanique, a explosé et dont je subis les conséquences. Mais au moins, cela fera peut-être réagir ceux qui sont responsables et ne font rien pour améliorer les choses. »

 

À la une