En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Charles Traoré face au Caennais Frédéric Guilbert en février à Caen. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

FOOTBALL

FC Nantes-Amiens: «Il arrive de loin, lui...», comment Traoré s'est retrouvé titulaire au FCN

Depuis le début de l'année, Charles Traoré, numéro 2 au poste de latéral gauche, a réussi à reléguer le titulaire Lucas Lima sur le banc de touche

  • Charles Traoré (27 ans) est devenu quasiment incontournable au poste de latéral gauche au FCN.
  • Le Malien avait réalisé un essai à la Jonelière en 2015.
  • Traoré, qui n’a pas fait de centre de formation, a suivi un chemin tortueux et cahoteux avant d’arriver au plus haut niveau.

Son histoire avec le FCN avait un arrière-goût d’inachevé. Eté 2015, Charles Traoré (27 ans) – qui pourrait encore être titulaire dimanche (15 h) contre Amiens à la Beaujoire – a à peine le temps de poser ses valises à la Jonelière qu’il les boucle pour rallier finalement Troyes (L2). Un bref passage de huit ou neuf semaines dans l’anonymat le plus complet.

« Il nous avait été proposé et avait effectué des matchs amicaux, se souvient Philippe Mao, entraîneur de la réserve à ce moment-là. C’était fermé pour lui. » Chez les pros notamment où Michel Der Zakarian dispose déjà de ses titulaires au poste de latéral gauche (Moimbé et Veigneau, puis Lenjani).

« Charles, il arrive de loin, lui… »

« J’étais un peu âgé… », concède l’intéressé. 23 ans et une expérience du haut niveau limitée. Il faut dire qu’en 2015, le Malien sort tout juste d’une pige de deux années au FC Azzuri Lausanne en 3e ou 4e division nationale suisse. Traoré a bien été élu révélation là-bas en 2013 au poste de latéral gauche ou défenseur central, mais la distinction ne valorise guère un CV bien maigrelet.

« Charles, il arrive de loin, lui… », confesse Philippe Mao, actuel responsable de la cellule de recrutement du FCN. Très loin même. Du plus bas de l’échelle. Et le joueur – qui a relégué Lucas Lima au rang de remplaçant de manière régulière depuis janvier – doit beaucoup à un homme : Bakari Sanogo, agent et ami du joueur.

Il tient tête à Moussa Sissoko

« A Aulnay-sous-Bois, il habitait à 5 m de chez ma mère, j’ai vu ce petit gamin grandir. Toujours respectueux de tout le monde », raconte celui qui a toujours cru en lui. A Aulnay, le petit Charles évolue « en première division de district ou PH », selon Sanogo. Plutôt dans un rôle de milieu de terrain défensif, son poste de formation. « Il avait un potentiel physique énorme, un gros volume de course, des qualités qu’il a toujours, estime l’agent. Je l’ai toujours accompagné car je savais qu’il y avait un coup à jouer avec lui. »

En 2013, survient un événement qui a marqué Bakari Sanogo. « J’ai organisé une opposition entre des joueurs avec lesquels je travaille, à Aulnay. Il y avait Moussa Sissoko, Cheikh M’Bengue, Prince Oniangué etc. » Lors d’un duel avec le premier nommé, Traoré (21 ans) interpelle par sa vitesse et sa force dans l’impact. « Sur les derniers pas, Moussa avait fini par récupérer le ballon, mais Charles m’avait impressionné, se souvient celui qui est toujours son représentant. Je me suis dit qu’il avait assez perdu de temps comme ça. » Il lui dégote alors ce contrat en Suisse qui permettra à son poulain de faire du football son métier pendant deux ans.

Un retour à Nantes pour… 500.000 euros

Mais, c’est surtout à Troyes où Traoré perce au plus haut niveau. Il ne participe qu’à cinq rencontres lors de son arrivée dans l’Aube lors de la saison 2015-2016 (Ligue 1). Une fissure au niveau du pied le freine dans sa découverte de l’élite française. « Il avait mal, mais il ne voulait rien dire à l’entraîneur, se rappelle Bakari Sanogo. Il avait fallu que j’intervienne. » Le joueur s’arrête pour se soigner. Il reprend ensuite le train en marche la saison d’après en Ligue 2 et ne quitte quasiment plus le côté gauche de la défense. Même en L1. « Une saison pleine [34 matchs en L1 en 2017-2018] », selon le défenseur.

Bakari Sanogo ayant d’excellentes relations avec la famille Kita souffle à nouveau le nom de son protégé au FCN l’été dernier. Lucas Lima, numéro 1 à gauche, est sur le départ, mais la direction nantaise songe davantage à lui pour être une doublure. « Il n’était pas notre premier choix, même pour cette place de n°2, avoue Philippe Mao. Un certain nombre de personnes avaient des doutes sur sa capacité à évoluer en L1… » Finalement, contre une indemnité de transfert de 500.000 euros, Traoré débarque à la Jonelière (pour trois ans) dans les dernières heures du mercato.

« Je l’avais dans un coin de ma tête de revenir ici, avoue Charles Traoré. Mon agent me disait toujours en rigolant depuis plusieurs années que j’allais revenir à Nantes. Je n’y croyais pas trop. » Comme il ne devait pas non plus croire qu’un jour il deviendrait le titulaire au poste de latéral gauche au FCN.

 

À la une