En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Illustration de la sécheresse dans le Nord (Archives). — M.Libert / 20 Minutes

RESSOURCE

Le risque de sécheresse inquiète en France, un mois et demi avant l’été

François de Rugy, ministre de la Transition écologique, réunit ce mardi le Comité national de l’eau pour faire un point sur la gestion de la ressource

Les pluies importantes de ces derniers jours, en particulier en Ile-de-France où est tombé l’équivalent de deux à trois semaines de pluies depuis début mai, ne dissipent pas les inquiétudes… Ce mardi, François de Rugy, ministre de la Transition écologique, et la secrétaire d’État Emmanuelle Wargon, réunissent le Comité national de l’eau avec une crainte en tête : celui de la sécheresse pour cet été.

La moitié des nappes phréatiques en dessous de la moyenne

La sécheresse avait déjà frappé trois quarts des départements français en 2018, rappelle la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA). Cette année 2019 pourrait s’inscrire dans la lignée. L’hiver et le début du printemps ont été marqués par un manque de pluie sur une bonne partie du territoire, favorisant la sécheresse de la surface des sols ces trois derniers mois, indique le Ministère. Si bien qu’à un mois et demi de l’été, la moitié des nappes phréatiques affichent des niveaux bas, alors qu’elles bénéficient habituellement de la recharge hivernale en cette période.

Même constat pour les cours d’eau (rivières, lacs, étangs…) : le niveau des cours d’eau reste inférieur aux moyennes de saison. Depuis fin avril, des dizaines de départements ont pris des mesures de restriction d’eau, rappelle France Bleu. C’est le cas de l’Indre, le Nord, le Puy-de-Dôme, la Charente-Maritime, le Rhône, la métropole de Lyon ou encore de l’Isère. »

 

Des températures supérieures à la normale de mai à juillet ?

A cela s’ajoutent les prévisions de Météo-France guère rassurantes. Les températures de mai à juillet sur la France métropolitaine seront probablement supérieures à la normale, et aucune tendance moyenne sur les prévisions de précipitations ne se dégage.

Dans ce contexte, le gouvernement assure se préparer dès à présent à la probabilité d’une sécheresse. Ce sera l’objet de ce comité national de l’eau. François de Rugy et Emmanuelle Wargon veulent notamment sensibiliser tous les usagers de l’eau (secteurs agricole et industriel, collectivités et grand public) à la situation actuelle et les inciter à une gestion économe de la ressource en eau, d’autant plus dans le contexte du dérèglement climatique. En parallèle, les Assises de l’eau, lancées en avril 2018, visent à faire émerger de nouvelles solutions pour mieux gérer la ressource en eau.

À la une