En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Les forêts vosgiennes sont désormais beaucoup plus bigarrées. — FREDERICK FLORIN / AFP

RECHAUFFEMENT

Climat: Les sapins meurent de soif dans la forêt vosgienne

Avec la sécheresse et les canicules de plus en plus fréquentes, les forêts de sapins sont moins vertes qu’avant, et ça n’est que le début

Des taches rouges sur un tapis vert. De plus en plus de sapins des Vosges meurent sur pied, tués à vitesse accélérée par la sécheresse et la chaleur qui mettent en péril la forêt et obligent à réfléchir d’urgence à son avenir. Sauf qu’en temps normal, sur les hauteurs de Masevaux, dans le Haut-Rhin, le vert des sapins domine la forêt tout au long de l’année. A présent, il suffit de pénétrer dans le bois pour découvrir des arbres aux épines couleur rouille, certains avec des pans d’écorce à terre.

Ces arbres meurent de soif, victimes de la sécheresse de 2018. La canicule précoce et le déficit hydrique de ce début d’été « accélèrent le mécanisme » et augurent du pire pour le printemps 2020, explique Cédric Ficht, directeur de l’agence de Mulhouse de l’Office national des forêts (ONF). « On pense qu’on est au début du phénomène plutôt qu’au milieu », avec une fréquence accentuée de sécheresses importantes comme signe clair du réchauffement climatique, avertit le forestier.

Surproduction

Dès que la cime commence à rougir, l’arbre peut mourir en quelques semaines, puis les sapinières affaiblies font la joie des parasites. En six mois, 100.000 m3 de sapins ont séché sur la moitié sud du Haut-Rhin. En Suisse, les hêtres « ont déjà séché ou sont en passe de dépérir » sur une surface identique, a prévenu le maire de Masevaux, Laurent Lerch

La commune de Masevaux, 4.000 habitants, dégage environ 100.000 euros d’excédent de l’exploitation de sa forêt. Cette année, le maire espère « au mieux » équilibrer ses comptes. Avec, sur un semestre, l’équivalent de deux ans de coupe, « nos capacités de sciage ont été dépassées, le marché ne peut pas absorber ça », souligne Cédric Ficht. Face à un marché saturé, une partie du bois est embarqué sur le Rhin, direction la Chine, et des aides de l’Etat sont espérées pour en transporter vers l’ouest de la France, en manque de bois de charpente.

Déjà penser à l’adaptation

Résineux très présents dans les Vosges mais encore plus en Allemagne, Autriche ou République tchèque, les épicéas, affaiblis par le manque d’eau, sont eux colonisés par les scolytes, des coléoptères creusant des galeries sous l’écorce et empêchant la sève de circuler. Déjà 1,2 million de m3 en France ont été touchés en 2018, un volume qui pourrait tripler en 2019.

Avec des arbres mettant 100 ans à grandir, la forêt doit déjà être adaptée aux conséquences du réchauffement climatique au siècle prochain. Épicéas et sapins se limiteront aux altitudes élevées, d’autres essences prendront le relais plus bas. Dans la Meuse, des essais sont réalisés avec des hêtres poussant actuellement à la latitude d’Aix-en-Provence. A Masevaux, des tests sont prévus avec l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) de Nancy pour définir les essences les plus adéquates. « On pense au cèdre », indique Laurent Lerch. Mais « on ne va quand même pas aller jusqu’à l’olivier ! », plaisante l’Alsacien.

Du neuf sous les sapins de la Côte

 

À la une