En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Le nouveau logo du Rassemblement national, ex-Front national — J.-P. Ksiazek - AFP

INFO 20 MINUTES

Strasbourg : L’éphémère candidat RN aux municipales, Thibault Gond-Manteaux, rattrapé par son passé judiciaire

Thibault Gond-Manteaux a été condamné en 2011 et 2012 pour avoir participé à des « expéditions à visée raciste »

  • Thibault Gond-Manteaux, 34 ans, a été investi jeudi 17 octobre tête de liste par le Rassemblement national (RN) aux élections municipales à Strasbourg. Le lendemain, il jetait l’éponge en invoquant des « raisons professionnelles » et des « questions d’agenda ».
  • 20 Minutes est en mesure d’affirmer que l’actuel délégué départemental du RN dans le Bas-Rhin a été condamné à deux reprises dans le passé à de la prison ferme pour avoir notamment participé à des « expéditions à visée raciste ».
  • Le RN, qui tente de changer son image, affirme ne pas avoir été au courant de son sulfureux passé judiciaire.

Sa décision avait surpris tout le monde. Investi jeudi 17 octobre tête de liste par le Rassemblement national (RN) pour les élections municipales à Strasbourg, Thibault Gond-Manteaux a finalement jeté l'éponge 24 heures plus tard. L’ex-candidat, qui avait pourtant programmé une conférence de presse ce mercredi pour lancer sa campagne, a mis en avant des « raisons professionnelles » et des « questions d’agenda » pour expliquer ce soudain retrait vendredi dernier. Mais ses antécédents judiciaires n’auraient-ils pas aussi pesé dans sa décision d’abandonner la course à la mairie ?

Selon les informations de 20 Minutes, cet agent d’assurance âgé de 34 ans a été condamné par la justice, à au moins deux reprises, pour avoir participé à des agressions et des incendies criminels sur fond de racisme. Les faits se sont déroulés en 2004 et 2005. A l’époque, le jeune homme de 19 ans gravitait autour de l’Ordre national, un groupuscule d’extrême-droite créé à Auxerre, soulignait L'Yonne républicaine. En mai 2005, il a participé à l’agression de deux personnes d’origine maghrébine dans un parc de la ville bourguignonne. Les victimes ont notamment reçu des coups de couteau et des coups de poing, rapportait France 3. L’une d’elle s’était vue prescrire une interruption temporaire de travail (ITT) de 10 jours.

Agressions et incendies criminels

Pour ces faits, Thibault Gond-Manteaux a été jugé le 19 octobre 2011 par le tribunal correctionnel d’Auxerre et a écopé d’une peine de trois ans de prison, dont un an et demi avec sursis. Un an plus tard, en mai 2012, c’est devant la cour d’assises de l’Yonne que l’éphémère candidat à la mairie de Strasbourg a comparu aux côtés de huit autres accusés. Les jurés l’ont déclaré coupable d’avoir « participé à plusieurs expéditions à visée raciste », indique le jugement que 20 Minutes s’est procuré. Au total, le tribunal a recensé huit « incendies aggravés » commis entre mai 2004 et mars 2005, visant des restaurants turcs ainsi qu’une boucherie halal.

Plusieurs avocats des parties civiles, contactés par 20 Minutes, précisent que le natif d’Auxerre faisait partie des « meneurs » de cette bande de jeunes, dont certains étaient mineurs au moment des faits. Thibault Gond-Manteaux avait écopé de la plus lourde peine prononcée par le tribunal, cinq ans de prison dont trois et demi avec sursis et mise à l’épreuve. Les peines ayant été confondues avec celles prononcées par le tribunal correctionnel un an plus tôt, aucun des accusés n’a été écroué.

Le RN « tombe des nues »

Au siège du RN, on affirme avoir appris les antécédents judiciaires du délégué départemental du Bas-Rhin par la presse. « C’était passé entièrement sous les radars. Tout le monde tombe des nues », nous a affirmé lundi soir Philippe Olivier, conseiller spécial de la présidente du parti, Marine Le Pen. Le désistement du candidat avait pourtant surpris vendredi. « Quand il m’a appelé pour m’annoncer qu’il ne souhaitait plus mener la liste RN à Strasbourg, cela m’a profondément étonné », se souvient Gilles Pennelle, en charge du scrutin municipal au mouvement. « Il a mis en avant des raisons liées à son activité professionnelle très prenante », précise-t-il.

A la commission nationale d’investiture (CNI) du parti, on assure que sa candidature pour briguer la ville de Strasbourg sous l’étiquette RN a « été examinée très sérieusement ». « Comme pour chaque tête de liste, nous avons exigé son extrait de casier judiciaire, et il nous l’a fourni », explique Gilles Pennelle, aussi membre de la CNI.

Extrait de casier judiciaire vierge

En 2017 déjà, lorsqu’il avait demandé et obtenu l’investiture du Front national pour briguer la 4e circonscription du Bas-Rhin, un responsable du parti nous assure, sous couvert d’anonymat, avoir exigé son extrait de casier judiciaire et constaté qu’il était vierge. L’extrait de casier judiciaire de Thibault Gond-Manteaux, daté de mars 2019, que 20 Minutes a pu consulter, est effectivement vide.

Le bulletin 3, le seul qu’un citoyen puisse fournir à un employeur ou un parti politique, ne comporte que les condamnations les plus graves, notamment les peines de prison ferme supérieures à deux ans, alors que l’intéressé a été condamné à 18 mois de prison ferme et trois ans et demi avec sursis. En outre, à l’exception de certains crimes et délits, comme les meurtres, les agressions sexuelles ou les viols, il est possible de demander l'effacement de certaines condamnations .

Ce que Thibault Gond-Manteaux a fait ? Contacté à plusieurs reprises ce mardi par 20 Minutes, il n’a pas répondu à nos sollicitations. Son compte Twitter a été supprimé dans la nuit de lundi à ce mardi. Au RN, on assure que son remplaçant à la tête de la liste strasbourgeoise sera désigné très rapidement, avant la fin du mois d’octobre. A l’heure où nous écrivons ces lignes, Thibaut Gond-Manteaux est toujours délégué départemental du parti dans le Bas-Rhin.

À la une