En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Le plateau du jeu Kapital avec sa boite. — Nicolas Raffin/20 Minutes

LOISIRS

« On renverse tout ! »… On a testé « Kapital », le jeu de société qui ravive la lutte des classes

Entre « dominants » et « dominés », la bataille fait rage…

  • Les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot ont conçu un « jeu de sociologie critique ».
  • Baptisé « Kapital », il fait s’affronter un dominant et des joueurs dominés.
  • Le jeu questionne les rapports entre classes sociales et les stratégies des « dominants » pour garder leur position.

Avouez-le, vous vous êtes toujours sentis mal à l’aise avec certains jeux de société. Le Monopoly ? Un encouragement à la spéculation immobilière et à la ruine de vos concurrents. La Bonne Paye ? Une ode à la gestion budgétaire « en bon père de famille ». Pas très excitant. Alors ce Noël, vous allez peut-être trouver votre bonheur avec « Kapital »*, un « jeu de sociologie critique » conçu par les fameux sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot.

Spécialistes de la grande bourgeoisie et des élites, les deux anciens directeurs de recherche au CNRS – ils ont pris leur retraite en 2007 – critiquent depuis des années le comportement des « ultra-riches » et leurs techniques pour garder le pouvoir à tout prix. Un engagement intellectuel devenu politique en 2017, lorsque Monique Pinçon Charlot est devenue candidate aux élections législatives pour le Parti communiste.

Accumulation du capital

Ce n’est donc pas une immense surprise de voir « Kapital » présenté dans une boîte rouge, ni de découvrir son objectif : « Tenter de mettre à bas les mécanismes de la domination sociale pour gagner la guerre des classes ! ». Un intitulé qui fait référence à la célèbre déclaration du milliardaire américain Warren Buffett en 2006 : « Il y a une guerre des classes (…) et c’est ma classe, la classe des riches, qui est en train de la gagner ».

Retour au jeu. Pour gagner, il faut accumuler – via des billets – le plus de « Kapital » possible. Financier bien sûr, mais aussi culturel (via les études), social (le réseau, les contacts) et symbolique (le nom, l’adresse), suivant la distinction établie par le sociologue Pierre Bourdieu. Avec quelques « camarades » du service Actu de 20 Minutes, nous nous lançons donc dans la partie.

« Le chômage au chômage »

Première étape, désigner par tirage au sort un « dominant ». Il commencera la partie avec un sacré avantage, à savoir cinq fois plus de « Kapital » que tous les autres joueurs, qui seront « les dominés ». « Les futurs riches héritiers (…) démarrent dans la vie avec le patrimoine accumulé par leurs parents, grands-parents et arrière-grands-parents » notent les Pinçon-Charlot. C’est Anissa qui « hérite » de ce statut. Pour elle, le jeu se passe plutôt tranquillement, puisqu’elle ne doit tirer que des cartes « dominant ». La carte « Création d’une fondation » lui permet par exemple de s’enrichir financièrement et culturellement.

Les joueurs dominés et dominants doivent tirer leurs propres cartes. - Nicolas Raffin/20 Minutes

A l’inverse, les dominés galèrent. Hélène tombe sur une carte « Envoi de CV pour décrocher un job » et doit débourser un peu de son maigre capital financier. « C’est dégueulasse ! » s’insurge-t-elle. Il faut aussi trouver un slogan contre la réforme de l’assurance-chômage pour gagner du « Kapital » social : « Le chômage au chômage ! » propose Bertrand. La colère monte dans les rangs.

« On renverse tout ! »

Les joueurs « dominés » exultent quand l’un d’entre eux tombe sur la case « Révolution » : tous les billets du jeu sont alors mis en commun, puis redistribués à parts égales. « On renverse tout ! » s’extasie un dominé, bien content de voir Anissa ébranlée par cet événement. Cette dernière, fragilisée, vacille complètement de son trône lorsque Thibaut tire la carte « Gain au loto » et empoche le jackpot, devenant ainsi le nouveau dominant.

Un petit coup de pouce du destin. - Nicolas Raffin/20 Minutes

Auréolé de sa victoire, il livre à chaud son analyse sur le jeu. « Je trouve qu’il met en lumière de nombreux sujets d’actualité, comme la réforme de l’assurance-chômage. Après, il est très marqué politiquement… ». « C’est parfois un peu caricatural, poursuit Hélène. Il y avait peut-être moyen d’introduire un peu de nuance entre " dominants " et " dominés " ».

« C’est un jeu fataliste, tu subis ta condition, ta classe, analyse Laure, du service… Politique. Il manque une carte où les dominés pourraient s’unir contre le dominant ». Mais « Kapital » lui a donné des idées pour Noël : « J’ai envie de l’offrir à des gens de droite dans ma famille ». Anissa, la dominante déchue, imagine de son côté « une partie en famille, qui pourrait très vite devenir explosive ». A vous de voir maintenant si vous voulez importer la lutte des classes jusque sous le sapin.

* Kapital, édité par « La ville brûle ». 35 euros.

À la une