En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer du contenu, des services et des publicités personnalisés selon vos centres d’intérêts.

Pour en savoir plus consultez notre politique de protection des données personnelles.

Conseiller Pôle emploi depuis 2006 à Rennes, Yann Gaudin est convoqué mardi par sa direction. — J. Gicquel / 20 Minutes

LANCEUR D'ALERTE

Rennes : Un conseiller Pôle emploi menacé de licenciement pour avoir aidé des chômeurs

Jérôme Gicquel

Convoqué par sa direction mardi en vue d’un éventuel licenciement, Yann Gaudin a permis à de nombreux demandeurs d’emploi de récupérer des allocations non versées

  • Conseiller Pôle emploi à Rennes, Yann Gaudin est convoqué mardi par sa direction en vue d’un éventuel licenciement.
  • Il paie selon lui le fait d’avoir aidé des demandeurs d’emploi à récupérer des allocations non versées.
  • La direction se défend d’avoir organisé « un système visant à priver les demandeurs d’emploi de leurs droits financiers ».

« On me reproche juste d’avoir fait correctement mon métier et d’avoir rendu service à des demandeurs d’emploi. » Mardi après-midi, Yann Gaudin a rendez-vous devant la direction régionale de Pôle Emploi Bretagne à Rennes. Pas pour être félicité. Ce conseiller de 43 ans, employé depuis 2006, est convoqué pour un entretien préalable. Il risque une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement.

Les faits qui lui sont reprochés ne sont pas notifiés dans le courrier qu’il a reçu début mai. Mais Yann Gaudin sait déjà ce qui l’attend. « En bon petit canard qui s’oppose à de vilaines pratiques, j’ai mis à jour tout un système organisé qui prive des demandeurs d’emploi de leurs droits », assure celui qui se définit lui-même comme un « lanceur d’alerte ».

Une première anomalie découverte en 2014

C’est en 2014 que Yann Gaudin a identifié une première « anomalie ». Elle concerne les intermittents du spectacle en fin de droits qui pouvaient alors prétendre à une aide spécifique de solidarité d’un montant de 324 €. Sauf que le conseiller a découvert que le dossier de demande ne leur était pas transmis, les privant ainsi de cette aide. Pour les informer de leurs droits, Yann Gaudin a alors rédigé un mail à 8.000 intermittents bretons. Une initiative qui n’a pas beaucoup plus à sa direction et lui a valu une première convocation. « A partir de là, j’ai commencé à me méfier et à tout vérifier », indique le conseiller.

Depuis Yann Gaudin a découvert d’autres pots-aux-roses au sein de l’institution, comme le traitement de certains salaires exclus automatiquement par le système de calcul des allocations chômage. Ou bien encore certaines aides totalement méconnues par les demandeurs d’emploi. « On parle souvent de la fraude chez certains bénéficiaires qui ont trop perçu mais Pôle emploi créé aussi volontairement des moins-perçus, dénonce-t-il. Les décideurs connaissent en plus ces dysfonctionnements et les entretiennent. »

La direction de Pôle emploi se défend

Sur ces conseils, compilés dans un blog hébergé par Mediapart, il aurait permis à plusieurs dizaines de demandeurs d’emploi de « récupérer un préjudice financier de près de 200.000 € ». Là encore, cela ne lui a pas valu des applaudissements de la direction. Mis à pied pendant une semaine l’an dernier, le conseiller se dit depuis victime de harcèlement de la part de sa hiérarchie.

Contactée par 20 Minutes, la direction de Pôle emploi Bretagne assure que la convocation de Yann Gaudin « n’a rien à voir avec ses différentes prises de parole dans la presse ». Si elle ne fait « pas de commentaire sur le dossier personnel d’un salarié », la direction de Pôle emploi se défend toutefois d’avoir organisé « un système visant à priver les demandeurs d’emploi de leurs droits financiers ». « Au contraire, les conseillers de Pôle emploi aident au quotidien les demandeurs d’emploi dans leurs démarches », conclut l’institution.

À la une